X hits on this document

965 views

0 shares

0 downloads

0 comments

236 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)236

l'intelligence de la vie carcérale nécessaires pour éviter les gaffes et obtenir les postes les plus intéressants. Celui qui possède ces atouts peut réussir à s'accommoder de la vie en prison. Les trois modalités d'accommodement les plus fréquentes sont l'hibernation, l'installation et la délinquance carcérale.

L'hibernation est un mode d'adaptation fréquemment adopté par les criminels professionnels. C'est d'ailleurs l'un d'eux qui utilisait ce terme : « En autant que j'étais concerné, tu es juste comme un ours en hibernation. Tu essaies de ne penser à rien et de t'installer tranquillement ; tu as tant de temps à faire et c'est tout » (King et Chambliss, 1972, p. 109). Ces détenus « font leur temps ». Ils regardent la télévision, rêvassent, somnolent, dorment, consomment de la drogue ou des tranquillisants quand ils peuvent en trouver. Ils évitent le « trouble » et les embêtements : ils ne parlent pas aux gardes, se tiennent à distance respectueuse des violents et des excités, ont quelques amis sûrs et un petit boulot pas trop épuisant. Ils passent ainsi leur sentence dans un état d'engourdissement pour ne se réveiller que le jour de leur libération.

L'installation est un mode d'adaptation fréquent chez les détenus qui ont commencé jeunes à vivre en institution et qui semblent se résigner à y rester à demeure. Ils s'organisent pour se procurer toutes les satisfactions que procure la vie institutionnelle (Goffman, 1961, p. 107). Leur objectif est de vivre confortablement dans cet univers qui leur est familier. Ils font leur vie dans le milieu carcéral (Irwin, 1970, p. 68). Plus que quiconque, ils ont développé l'art de vivre en prison : faire son trou, manœuvrer pour être dans le meilleur bloc cellulaire et pour avoir un bon boulot (à la cuisine, au secrétariat, à la bibliothèque, etc.), se livrer à quelques combines qui leur permettront d'arrondir l'ordinaire et s'associer aux caïds de la place.

La délinquance carcérale consiste à poursuivre ses activités criminelles à l'intérieur des murs de la prison.

« Une fois que j'ai appris à me débrouiller, la Maison des Jeunes est devenue une des meilleures places où j'ai jamais été. J'ai vraiment aimé ça. Je devins membre du conseil de mon étage. Toto en était membre aussi. Le personnel de la Maison des Jeunes faisait plus confiance aux

Document info
Document views965
Page views965
Page last viewedSun Dec 11 02:39:38 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments