X hits on this document

912 views

0 shares

0 downloads

0 comments

238 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)238

humains écrasés par le combat pour la vie.

JEAN. - Oui mais alors, Jef, c'est le cas typique du braqueur suicidaire. Vraiment, il avait envie de retourner au ballon. Tout le monde l'a compris sauf les aveugles complets qui croient à la malchance. Mais pour moi, pour toi, pour tout le monde... on sait bien que Jef a VOULU retourner au ballon ; sinon, il serait jamais monté sur une affaire aussi suicidaire. Il est pas le seul dans son cas. Y en a beaucoup ; parce qu'au ballon, ils ont pas à affronter ce qu'ils affrontent dehors. La prison, c'est une autre forme d'affrontement... beaucoup moins dure, d'une certaine façon.

PIERROT. - C'est des types qui sont habitués à la prison ; c'est des types comme Jef qui sont en prison depuis l'âge de 13 ans, pratiquement...

JEAN. - 12 ans. J'ai connu Jef au Centre de Bure-sur-Yvette ; il avait 12 ans et de 12 ans à 25 ans, il a presque tout le temps vécu en prison.

LARSÈNE. - Alors, quand ils sont dehors, c'est insupportable. Ils sont totalement désemparés. D'ailleurs, tu te souviens ? Une fois, Jef m'a dit : « Moi, dehors, je m'emmerde » (Aurousseau et Laborde, 1976, p. 49) 62.

Conclusion : La sensibilité différentielle aux peines

« Une sentence de prison est pareille à une autre et toutes les prisons sont les mêmes, qu'importe que tu sois battu régulièrement ou simplement enfermé dans une cellule et oublié. Parce qu'une prison est un composé d'immobilité, de sensations et de personnes. (...) Indépendamment des conditions, la prison est soit mauvaise, soit incroyablement mauvaise, selon la capacité de chacun d'en souffrir » (Mac Isaac, 1968, p. 56).

Même si un séjour dans une institution carcérale fait souffrir tout le monde, cette souffrance variera beaucoup selon les individus, selon leurs capacités de s'en accommoder et selon leurs aptitudes à être heureux ailleurs. Pour une petite minorité d'hommes, la vie est moins dure en dedans qu'en dehors. Ils souffrent naturellement de la sujétion,

62 Un cas semblable a été rapporté par Petersilia et al. (1978, p. 55). Il disait : « I wasn't equipped to handle the outside world (...) I was anxious to get back with my own kind. I deliberately got myself busted when things got too bad.

Document info
Document views912
Page views912
Page last viewedFri Dec 09 14:28:02 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments