X hits on this document

823 views

0 shares

0 downloads

0 comments

242 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)242

gars » (Irwin, 1970, p. 186).

Passer à l'acte

D'autres fois, malgré la peur, le hors-la-loi s'exécute. Soutenu par ses complices, il prend son courage à deux mains et, le feu de l'action aidant, il s'efforce de surmonter la panique qui l'envahit.

« N'ayant aperçu personne à l'intérieur, je me glissai dans le renfoncement de la porte pour voir jusqu'à quel point je demeurais invisible du trottoir et, au même moment, je me sentis transi de la tête aux pieds, comme si j'étais tombé dans une rivière gelée ! Envahi par un sentiment d'horreur presque insurmontable, je me forçai à secouer violemment la tête. C'est presque au pas de course que je revins vers la voiture.

« Tandis que je me glissais derrière le volant, je dis, d'une voix chargée d'émotion :

- C'est cuit, Ralph. On file d'ici.

- T'es complètement dingue ? Qu'est-ce qui t'prends ?

- C'est parce que j'ai eu cette impression bizarre que quelque chose de terrible, de vraiment terrible va arriver si j'vais plus loin. J'ai déjà ressenti ça avant, et je sais c'que ça veut dire.

- J'te l'ai dit qu'tu perds les pédales. On est là, on est paré et tu sais qu'on a besoin d'cette oseille. Si on frappe pas l'grand coup maintenant, on s'ra d'la revue pour deux semaines.

- On peut faire un tour jusqu'à c'qu'on repère un autre coup.

- Non ! Çui-là, c'est une mine d'or et on n'en trouvera jamais un autre pareil. P't-être que t'es juste un trouillard.

« Je serrai le volant dans mes mains et y posai ma tête pendant que des pensées démentes se bousculaient dans mon esprit ; au bout d'une minute, je me redressai et dis :

- O.K., j'vais l'faire ; mais ne m'traite Plus jamais d'trouillard.

Document info
Document views823
Page views823
Page last viewedWed Dec 07 10:53:35 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments