X hits on this document

740 views

0 shares

0 downloads

0 comments

245 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)245

La première raison de cette incapacité est connue : le délinquant récidiviste ne dispose que de très peu d'opportunités légitimes. Il n'a pas la scolarité ou la compétence professionnelle ou les ressources personnelles et sociales qui lui permettraient de réussir dans autre chose que le vol.

La seconde raison - elle aussi connue - doit être cherchée dans le présentisme des délinquants. La peine, telle qu'elle est appliquée dans le cadre du système pénal, est fondamentalement différente du conditionnement. Elle est extrêmement incertaine et n'intervient qu'après de très longs délais : des semaines, des mois, quelquefois des années. La dissuasion n'est donc pas un conditionnement. Elle n'est efficace que parce que la plupart des hommes ont la capacité d'agir en fonction de l'avenir, parce qu'ils sont capables d'entrevoir les conséquences lointaines de leur action et d'en tenir compte. Or, les délinquants chroniques sont manifestement inaptes à s'inscrire dans le long terme. La perspective du gain immédiat l'emporte sur celle de la sanction future (Zimring et Hawkins, 1973, p. 98-99). Chez le délinquant présentiste, la crainte de la peine ne suffit pas à contrecarrer la tendance à céder à la tentation. Il y cédera même s'il sait qu'il fait une « bêtise ». Il s'en repentira par la suite s'il est châtié, mais cela ne l'empêchera pas de recommencer la prochaine fois.

L'art d'échapper à la sanction ne réside donc pas dans l'intelligence nécessaire pour préparer des crimes astucieux. Il repose beaucoup plus sur la prévoyance qui fera qu'on tient compte de la menace de la peine et sur les opportunités qui rendront accessibles les solutions de rechange à la délinquance.

L'effet filtrant de la menace pénale

Dans toutes les prisons du monde, les pauvres et les gens sans pouvoir sont fortement surreprésentés. On a conclu de ce fait que les peines sont distribuées de façon discriminatoire. Cette explication est loin d'être convaincante. Nous l'avons vu, le système pénal réagit de façon relativement constante contre ceux qui commettent des crimes plus souvent que les autres. L'institution de la peine fonctionne donc avec une régularité suffisante et la plupart des hommes tiennent

Document info
Document views740
Page views740
Page last viewedSun Dec 04 14:30:28 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments