X hits on this document

953 views

0 shares

0 downloads

0 comments

250 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)250

libération conditionnelle conduisent à des différences si marquées ? Probablement parce que cette démarche est un indice qu'on a pris la résolution d'abandonner le crime. Cette interprétation s'appuie sur le fait que, avant de quitter le pénitencier, les détenus qui sollicitent une libération conditionnelle se distinguent de leurs camarades sur divers points : ils se disent optimistes quant à leur chance de réussir à ne pas être réincarcérés, ils ne voient pas de motif qui les pousseraient à commettre de nouveaux crimes et, après leur libération, ils se trouvent rapidement un emploi (Waller, 1974, p. 184). Par opposition, les détenus qui préfèrent ne pas solliciter une libération conditionnelle semblent peu intéressés à s'engager dans une vie normale. Selon toute probabilité, ils préfèrent ne pas être sous la surveillance d'un agent parce que, dans l'éventualité où ils se feraient attraper pour un nouveau crime pendant la période de supervision, ils devront purger la totalité de la sentence précédente.

Il semble donc que plus la résolution d'un ex-détenu de respecter la loi est forte, moins il aura tendance à récidiver.

Le jeu n'est plus amusant

Quels sont les facteurs qui motivent un criminel récidiviste à changer d'orientation ? Il y a tout d'abord le fait qu'avec l'âge, le sel de la vie de hors-la-loi s'affadit. Comme l'adolescent qui se désintéresse peu à peu des jeux de son enfance, le criminel adulte trouve de moins en moins excitantes ses équipées interdites. Il ne fait plus que par nécessité ce qu'il faisait autrefois par plaisir. « Je ne veux pas vivre le banditisme toute ma vie ! Ça m'emmerde comme trip » (Aurousseau et Laborde, 1976). Il supporte de plus en plus mal cette vie trépidante et désordonnée. Cela ne l'amuse plus et ça l'épuise 64.

Réussir dans autre chose

Mais il est fréquent que les résolutions les plus sincères ne soient pas tenues. Car il ne suffit pas de se désintéresser du crime pour se réhabiliter, encore faut-il une solution de rechange à la délinquance.

64 « I'm just tired » (ALLEN, 1977, p. 223).

Document info
Document views953
Page views953
Page last viewedSat Dec 10 20:47:24 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments