X hits on this document

830 views

0 shares

0 downloads

0 comments

252 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)252

Les années de prison. - Il n'est pas rare qu'un criminel d'habitude découvre, à 35 ans, qu'il a déjà passé derrière les barreaux un total de 10 ou de 15 années. Il prend alors douloureusement conscience que les meilleures années de sa vie ont été gâchées à tuer le temps dans des cellules humides en compagnie d'individus sinistres. Et alors il se dit qu'il a payé bien cher les bons moments qu'il avait connus grâce au crime.

Dans d'autres cas, le délinquant n'attend pas pour faire sur lui-même ce pénible bilan. Il médite sur l'exemple d'un ami qui a reçu une sentence de dix ans ; il écoute les conseils d'hommes qui parlent en connaissance de cause.

« J'ai rencontré un vieux prisonnier, Rabbit Spencer, qui faisait la navette entre la prison et la liberté depuis vingt-cinq ans. Il se droguait depuis tout ce temps. Pour une raison que j'ignore, il semblait s'intéresser particulièrement à moi. Lorsqu'il me voyait faire quelque chose de mal, comme m'infiltrer dans un autre bloc cellulaire, il me prenait à part et il me disait : « Écoute, mon vieux, tu ne devrais pas faire ça. Tu ne peux pas ruiner ta vie, alors que tu as la chance de devenir quelqu'un. Je suis entré et sorti d'ici bien souvent, et à la façon dont tu te comportes, tu feras comme moi. J'ai vécu tout ça, et il n'y a pas de gloire ici. Tu as beaucoup trop de talent pour passer le reste de ta vie en prison. Tu es le meilleur athlète que j'aie jamais vu entre ces murs. Tu es plus fort que les autres, plus rapide, et d'après ce que j'ai vu, plus intelligent aussi. Ne gâche pas ta vie. Il est beaucoup plus facile de rater une bonne occasion que d'en profiter. » Je crois qu'il m'a pris au bon moment, alors que j'avais déjà l'intention de m'améliorer. Beaucoup de gars ont essayé de me donner des conseils et je les écoutais. Mais je ne voulais rien entendre. Avec Rabbit Spencer, c'était différent parce que je savais qu'il avait fait tout ce que je pensais faire. Il était plus facile de tenir compte de ses recommandations parce qu'il savait de quoi il parlait. Il voulait probablement s'améliorer aussi lui-même, mais il était trop tard.

« Dans ma cellule, le soir, une fois les lumières éteintes, je repensais à ce qu'il m'avait dit et je me demandais s'il avait raison. Rabbit Spencer a eu une grande influence sur moi et sur ma décision de changer ma vie » (Le Flore et Hawkins, 1980, p. 116-117).

Cette prise de conscience prend son véritable sens quand elle s'accompagne d'un autre constat : on ne peut pas gagner contre le système ; à la longue on est toujours perdant. Le criminel a le

Document info
Document views830
Page views830
Page last viewedWed Dec 07 13:10:47 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments