X hits on this document

713 views

0 shares

0 downloads

0 comments

257 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)257

dangers.

« Je ne suis pas moins voleur que le jour de mon entrée en prison. Disons que je n'ai plus le cran d'alors. J'ai encore un grand désir d'être millionnaire, mais pas le courage de prendre la chance (...). Tu dois savoir que tu ne peux continuer... si tu continues tu as de bonnes chances de retourner en prison. Si tu veux rester dehors, il te faut trouver un autre moyen pour vivre ta vie (...). La peur nous rend honnêtes. La peur a fait de moi un homme honnête. La peur et le manque d'occasions m'ont rendu honnête » (Irwin, 1970, p. 176).

La maturation n'est pas le seul facteur susceptible d'expliquer pourquoi, dans le monde du crime, l'âge de la retraite est si précoce. Une autre variable, peut-être plus importante, intervient aussi, c'est l'usure causée par l'accumulation des peines de prison, puis par la peur de la déchéance et de la mort. Ceci mine lentement mais sûrement la volonté criminelle. Sans la perspective du châtiment, l'âge de la retraite du crime, selon toute vraisemblance, monterait substantiellement. C'est précisément le cas dans le crime organisé. On y trouve des « mafiosi » qui, à 50 et 60 ans, continuent à pratiquer leur métier. Pourquoi ? Probablement parce que ces hommes échappent presque toujours au châtiment.

Document info
Document views713
Page views713
Page last viewedSat Dec 03 22:25:12 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments