X hits on this document

890 views

0 shares

0 downloads

0 comments

260 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)260

4. L'activité délinquante possède un minimum de rationalité. L'individu qui envisage de commettre un délit utilise l'information dont il dispose pour peser le pour et le contre. Cependant, ses décisions ne sont pas parfaitement rationnelles. Il ne tient pas compte de la totalité de l'information qui serait hypothétiquement utile. Il se contente de ne retenir, lors de ses délibérations, qu'un petit nombre d'options parmi lesquelles il choisit.

Dans le présent chapitre, l'attention se portera surtout - mais non exclusivement - sur les délinquants récidivistes. Dès lors, surgit la question : se conforment-ils au modèle de l'action rationnelle qui vient d'être esquissée ? Il est permis de croire que les criminels d'habitude sont, comme nous tous, sensibles aux conséquences de leurs actes et qu'ils veulent maximiser leur bien-être. Cependant, parce que leurs opportunités légitimes sont très limitées, ils disposent d'une marge de manoeuvre fort étroite. Et, parce qu'ils sont affligés par le présentisme, ils ne font que des calculs à court terme ou, quand ils tiennent compte de l'avenir, sont incapables de persévérer bien longtemps dans leurs projets. Cette combinaison d'imprévoyance et de pauvreté dans les moyens fait du délinquant chronique une « tête brûlée » qui se fourvoie fréquemment dans des situations qui lui attirent force déboires.

Délit unique et phases criminelles

Avant d'entrer dans le vif du sujet, il importe de distinguer entre deux types de décisions criminelles : celle de commettre un délit isolé et celle de s'engager dans une phase criminelle. Dans le premier cas, la décision est plus circonstancielle. Elle consiste à réagir devant une occasion donnée. Par exemple, un adolescent constate qu'il serait facile d'entrer dans une maison pour la dévaliser et il décide d'y aller. Le problème se pose dans des termes différents quand on parle de phase criminelle. Cette notion s'applique tout spécialement aux délinquants récidivistes. En effet, ceux-ci se posent périodiquement la question : Est-ce que je continue dans cette voie ? Est-ce que je mène encore le même style de vie ? Est-ce que je volerai àchaque fois qu'une bonne occasion se présentera ?

Document info
Document views890
Page views890
Page last viewedThu Dec 08 22:50:49 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments