X hits on this document

928 views

0 shares

0 downloads

0 comments

271 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)271

volontairement pour le crime 72. En prison, ils rêvent du jour où ils reprendront leurs activités antisociales et, dès qu'ils en sortent, ils passent à l'action.

2. Le fatalisme. - Cette attitude se retrouve fréquemment chez les petits criminels d'habitude. Ils s'abandonnent passivement à un destin qui n'est que vaguement assumé. Poussés par un besoin d'argent ou sollicités par des camarades, ils glissent presque sans y penser sur la pente du crime. Pour reprendre l'expression de Matza (1964), ils se laissent dériver dans la délinquance. « Charlie » nous offre un exemple de cet abandon résigné à son sort.

« À mesure que Carter le connaissait mieux, il découvrit que Charlie avait ce qui semblait être un manque complet de préoccupation pour lui-même. Ce n'était pas une acceptation philosophique du destin, mais une espèce de sentiment qu'il méritait ce qu'il avait reçu et qu'il n'y pouvait rien. Tu as mal fait, tu vas en prison, tu en sors, tu agis encore mal et tu retournes en prison. Les cambriolages, les petits vols, tu les fais sans beaucoup d'effort ou sans y penser, quand tu as besoin d'un peu d'argent. Tu n'as jamais été bon à ça, tu t'es toujours fait prendre. Quand tu étais chanceux tu t'en tirais avec une courte sentence, quand tu ne l'étais pas, avec une longue » (Parker, 1963, p. 49).

Les deux autres attitudes ont déjà été décrites au chapitre 18. Je me contente de les rappeler brièvement ici :

3. La « bonne » résolution tiède. - Elles sont fréquentes chez les détenus qui sont sur le point d'être libérés. Ils se promettent de ne plus s'y faire reprendre. Ils tiennent le coup pendant quelques mois, mais retombent dans les vieilles ornières quand les difficultés s'accumulent ou quand la tentation devient trop forte.

4. La détermination bien arrêtée de cesser. - On prend la décision qui se veut irrévocable d'éviter tout ce qui risquerait d'entraîner un nouvel emprisonnement.

La proposition qui suit sera taxée, avec raison, d'évidente. Elle mérite, malgré tout, d'être couchée sur papier. Car elle fait partie de

72 Par exemple : PARKER et ALLERTON (1962), KARPIS et TRENT (1971), MESRINE (1977).

Document info
Document views928
Page views928
Page last viewedSat Dec 10 08:18:06 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments