X hits on this document

961 views

0 shares

0 downloads

0 comments

284 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)284

Les voleurs se complaisent à affirmer que l'univers est peuplé de voleurs. À les entendre, sauf quelques naïfs, les hommes sont malhonnêtes. « Selon eux, tous les policiers sont des bandits en uniforme, tous les avocats sont des crapules, tous les juges sont des profiteurs, tous les éducateurs sont des hypocrites » (Mailloux, 1971, p. 197). Ils soutiennent qu'il y a plus de filous, d'escrocs et de malfaiteurs chez les « bonnes gens » que dans toutes les prisons du monde (Hapgood, 1903, p. 195 ; et King et Chambliss, 1972, p. 132).

Si ceci est vrai, il est logique de conclure à l'annulation du contrat social qui oblige les citoyens à limiter leur liberté contre l'assurance que leurs biens et leur personne seront en sécurité. Si seule une minorité de naïfs respectent le pacte, celui qui a eu la malchance de recevoir l'étiquette de criminel serait peu avisé de les imiter. Dans un monde de bandits, être le seul à observer la loi, c'est à la fois stupide et dangereux.

Il n'est pas sans signification que les hors-la-loi éprouvent le besoin de se justifier et qu'ils le fassent en ayant recours précisément aux principes de justice. Ils ne nient pas la justice, mais ils s'en servent à leur avantage.

La règle de justice, selon Piaget (1932, p. 158), est une loi d'équilibre des rapports sociaux. Elle inspire aussi bien les victimes d'actes criminels que leurs auteurs, les uns pour revendiquer, les autres pour se justifier. Les uns et les autres parlent le même langage même s'ils ne réussissent pas à s'entendre. La justice est une aspiration omniprésente chez l'homme. Au-delà des lois ou de la morale, il existe des principes de réciprocité et d'égalité qui nous fournissent de précieuses clefs pour comprendre les attitudes des délinquants, celles de leurs victimes et celles des « honnêtes gens ».

Le sentiment d'injustice subie

Comment interpréter cette attitude justicière généralement installée à demeure chez les criminels récidivistes ? Naturellement une large part doit être accordée à la rationalisation. Ils justifient après coup une conduite qu'ils savent clairement ou obscurément injuste. Dans ces conditions, les légitimations sont plus des conséquences que des

Document info
Document views961
Page views961
Page last viewedSun Dec 11 01:05:30 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments