X hits on this document

900 views

0 shares

0 downloads

0 comments

289 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)289

Cinquième partie : La justice

Chapitre 22

L'UNIVERSALITÉ DES PROHIBITIONS DU VOL ET DU MEURTRE

Retour à la table des matières

Si le délinquant accepte spontanément d'aller sur le terrain de la justice, il n'y a aucune raison pour nous empêcher d'aller l'y rencontrer. Le problème des rapports entre le crime et la justice pourrait alors être posé dans ces termes. L'interdiction d'actes tels que le brigandage et l'assassinat ne découle pas seulement d'un arbitraire social, moral ou législatif ; elle existe aussi parce qu'elle constitue une solution juste au problème de la défense d'intérêts individuels vitaux. Cela voudrait dire que le sens des lois doit être cherché dans les exigences de justice des personnes.

Mais, avant d'entreprendre une réflexion sur ce thème, il faut savoir à quel niveau de généralité situer le problème. Si l'examen portait sur une loi particulière, votée à un moment donné, dans un pays donné, on tenterait de faire découler le sens de la loi du contexte social et politique où elle a pris naissance. Mais les violations du Code pénal qui causent un tort évident à autrui tombent sous le coup d'interdictions extrêmement générales. Il serait donc souhaitable,

Document info
Document views900
Page views900
Page last viewedFri Dec 09 08:07:16 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments