X hits on this document

806 views

0 shares

0 downloads

0 comments

29 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)29

Première partie : Autopsie d'un échec

Chapitre 1

L'EFFET ZÉRO

Retour à la table des matières

Au XXe siècle, l'antique rêve d'une société sans crime se pare d'une blouse blanche : c'est par des mesures thérapeutiques, croit-on, qu'on résoudra le problème. Au lieu de punir le criminel, il faut le traiter. Le modèle médical s'impose aux esprits et donne une nouvelle légitimité au système pénal. Fleurissent alors des institutions dont la finalité est la réhabilitation : tribunaux pour mineurs, liberté surveillée, liberté conditionnelle, sentences indéterminées, traitement en milieu ouvert, foyers de groupe. Parallèlement, foisonnent les projets de transformer les prisons et les institutions pour jeunes délinquants en milieux thérapeutiques. Sous l'impulsion de ce vaste mouvement, le système pénal change de visage, d'abord et surtout sur le plan du discours, mais aussi sur celui du fonctionnement.

Cependant, dès son origine, le projet de substituer le traitement au châtiment laisse transparaître d'inquiétantes faiblesses. Difficultés d'implantation d'abord : les programmes les plus séduisants sur papier dégénèrent les uns après les autres au contact de la réalité. Aux États-Unis, par exemple, l'historien Rothman (1980) rapporte que la probation, la libération conditionnelle et les tribunaux pour mineurs

Document info
Document views806
Page views806
Page last viewedTue Dec 06 16:34:52 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments