X hits on this document

963 views

0 shares

0 downloads

0 comments

301 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)301

Même si l'échange n'apporte pas des gains aussi substantiels que le vol, il reste quand même profitable parce que ce qu'on reçoit vaut subjectivement plus que ce qu'on donne. Ce profit constitue le motivation de base de l'échange, le fondement égoïste de la réciprocité. Mais ce n'est évidemment pas ce mince profit qui rend l'échange plus avantageux que le vol. C'est à long terme qu'apparaît la supériorité du premier sur le second.

L'échange contribue puissamment à cimenter le lien social et à favoriser l'amitié entre les hommes. C'est là un thème constant des anthropologues et des sociologues qui l'ont étudié (Mauss, 1925 ; Lévi-Strauss, 1949 ; Homans, 1961). Il prévient d'abord l'agression. En effet, tout échange comporte une clause implicite de non-agression mutuelle valable, au moins tant que durera la transaction. Pour pouvoir donner, recevoir et rendre, il faut, selon la belle expression de Mauss (1925), « savoir poser les lances » (p. 278). Par la suite, si l'affaire se clôt à la satisfaction de tous, on n'aura plus aucune raison de s'attaquer. Au contraire, chacune des parties voudra pouvoir faire de nouvelles transactions ; il sera donc tout indiqué de prolonger indéfiniment la clause de non-agression. Les alliances qui se noueront de la sorte auront l'inestimable avantage de contribuer à la sécurité générale. Sécurité d'autant plus grande que chacun est entouré d'un plus grand nombre de partenaires satisfaits.

Dès lors que la méfiance réciproque disparaît et que l'on continue à échanger avec profit, des liens d'amitié pourront se nouer entre les partenaires. Ceci a été fort bien démontré par Homans (1974, p. 59) : une transaction spécifique qui se termine à la satisfaction de tous favorisera le développement de relations amicales qui iront bien au-delà des considérations utilitaires qui ont présidé à la relation initiale. A l'intérêt, s'ajoutera le pur plaisir d'être avec l'autre.

Il est évident que le vol déclenche un processus qui va dans le sens inverse, suscitant l'hostilité, la méfiance et la peur. Donc, à long terme la supériorité de l'échange sur la simple appropriation du bien d'autrui devient écrasante. Le premier favorise le développement des alliances, de l'amitié et de la sécurité ; le second conduit à la rupture, à l'agression et à l'insécurité. Respecter la règle de réciprocité, modérément profitable dans l'immédiat, devient, à la longue, une

Document info
Document views963
Page views963
Page last viewedSun Dec 11 02:20:00 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments