X hits on this document

701 views

0 shares

0 downloads

0 comments

307 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)307

réactions vindicatives des victimes.

Mieux que quiconque, Malinowski avait compris que le contrôle social repose d'abord sur un réseau complexe de relations mutuelles entrecroisées. Il a pu démontrer que les gens s'acquittent de leurs obligations parce qu'ils sont impliqués dans une série de transactions reliées les unes aux autres de telle manière qu'elles forment « une chaîne de services réciproques, c'est-à-dire de services dont chacun doit être rémunéré à un moment donné » (Malinowski, 1926, p. 26). Comme ces chaînes sont reliées les unes aux autres, il se forme un enchevêtrement de rapports mutuels qui tisse dans le groupe une toile de liens qui, directement ou indirectement, rattachent l'individu à un nombre considérable de personnes. Plus ce tissu de relations réciproques est serré, plus l'emprise du groupe sur l'individu sera forte. On conçoit alors que le crime variera en raison inverse de la quantité des rapports mutuels qui se sont développés au sein d'un groupe. -

Document info
Document views701
Page views701
Page last viewedSat Dec 03 13:41:44 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments