X hits on this document

702 views

0 shares

0 downloads

0 comments

308 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)308

Cinquième partie : La justice

Chapitre 24

LA LIBERTÉ ET LA COERCITION

Retour à la table des matières

Le crime n'est pas seulement une négation du principe de la réciprocité, il peut aussi être considéré comme une menace à la liberté. Le hold-up est un cas patent de crime qui constitue une atteinte à la liberté. Le bandit se sert de la menace de mort pour subjuguer sa victime et la forcer à se départir de son argent. Le viol, lui aussi, nie très évidemment la liberté. Les vols simples, les agressions et les homicides peuvent aussi être considérés comme des empiétements à la liberté des personnes en ce sens que, par de tels actes, le délinquant force sa victime à subir un préjudice, empêche ou rend plus difficile la réalisation de ses projets.

La liberté

Ce mot peut être utilisé légitimement dans plusieurs acceptions. Il est fréquent, par exemple, que l'on définisse la liberté par la pluralité des choix. Elle est alors la capacité de choisir par soi-même entre plusieurs options. Mais, dans le présent chapitre, il sera plutôt question de la liberté par rapport à autrui. Dans ce cas, la liberté se

Document info
Document views702
Page views702
Page last viewedSat Dec 03 14:04:55 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments