X hits on this document

1086 views

0 shares

0 downloads

0 comments

309 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)309

définit, négativement, par l'absence de coercition. Est libre celui qui n'est pas soumis au pouvoir coercitif d'autrui, qui n'est ni obligé de faire ce que décide un autre, ni empêché d'agir comme il l'entend. Positivement, la liberté serait alors la possibilité de poursuivre ses fins propres plutôt que d'être transformé en moyen au service de celles d'autrui (Hayek, 1960, p. 20-21).

Baechler (1976) définit la coercition comme « l'imposition de la volonté d'autrui sans que l'obéissance vienne, pour une raison ou pour une autre, légitimer cette volonté » (p. 13). La coercition consiste donc à forcer quelqu'un à agir contre sa volonté. On l'oblige à servir les fins d'un autre par la violence ou par la menace de la violence. L'intervention coercitive consiste à contraindre une personne à choisir entre se soumettre ou subir un grave désagrément.

Mais autrui ne limite pas ma liberté seulement par la coercition au sens strict. Il peut aussi le faire en m'infligeant des blessures, en me tuant, en m'enlevant les moyens de réaliser mes fins ou en me terrorisant. La liberté peut donc être assimilée à l'immunité contre toute action d'autrui qui m'empêche d'utiliser pleinement les moyens et l'information dont je dispose pour réaliser mes fins. De ce point de vue, il est légitime d'associer liberté et droits, de la personne entendus comme la protection contre tout empiétement qui fait obstacle à la réalisation des projets de chacun.

La sphère de liberté

Mais la liberté, définie comme protection contre toute intervention d'autrui qui risque de m'empêcher d'atteindre mes fins, est impraticable. Car, à partir du moment où nous vivons en société, il est inévitable que chacun de- nous empiète sur autrui et, partant, nuise à la réalisation de ses projets.

« Toute la vie de l'homme, dans tout état social quelconque -et il n'est jamais vécu dans un état non social -, se passe en contact incessant avec ses semblables, et il n'y a pas une seule de ses actions ou même de ses paroles, qui ne puisse nuire, et il n'y a pas une seule de ses actions ou paroles qui soit entièrement sans conséquences pour qui que ce soit

Document info
Document views1086
Page views1086
Page last viewedWed Jan 18 15:47:15 UTC 2017
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments