X hits on this document

923 views

0 shares

0 downloads

0 comments

38 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)38

Les interventions visées

Quelles sont les interventions concernées par les études évaluatives qui concluent à l'échec ? Question délicate qui nécessite quelques développements.

Une première réponse, négative, s'impose : ces recherches ne concernent pas l'expérience pénale, mais des traitements qui lui sont superposés. Par expérience pénale, j'entends tout ce que subit un délinquant qui entre dans le système : arrestation, interrogatoire, détention préventive, procès, enquête sociale, prison (qui est en elle-même une expérience composite), libération conditionnelle, etc. Les recherches évaluatives portent sur des mesures isolées, par exemple, une thérapie de groupe, jamais sur la totalité des expériences vécues par un groupe de délinquants. Comme l'expérience pénale est une constante chez les sujets qui font l'objet d'une évaluation, il est impossible d'en apprécier l'impact spécifique. Pour ce faire, il faudrait comparer des délinquants qui ont vécu l'expérience pénale et un groupe comparable d'individus qui ne l'ont pas vécue, ce qui n'a jamais été fait. Or, on a toutes les raisons de croire que cette expérience peut avoir une influence positive ou négative marquée. Elle est plus durable, plus intense et plus brutale que presque toutes les mesures particulières qui ont fait l'objet d'une évaluation. Comme le fait observer Baril (1977), c'est une grave erreur d'attribuer « une valeur neutre à toutes les péripéties qui précèdent l'exécution de la sentence ou du programme de rééducation. Tout se passe comme s'il s'agissait d'un temps mort dans la vie de l'enfant. L'arrestation, les interrogatoires de la police, la détention préventive, les comparutions devant le tribunal, les évaluations cliniques, les placements qui précèdent la décision, la rupture du lien familial, les nombreuses personnes rencontrées, tout ceci n'aurait aucune influence heureuse ou malheureuse » (p. 16).

On parle souvent de l'inefficacité des programmes de réhabilitation sans définir précisément quels sont ces programmes. Or, comme la notion de réhabilitation ainsi que les notions voisines de rééducation, réadaptation, traitement, resocialisation comportent des sens très

Document info
Document views923
Page views923
Page last viewedSat Dec 10 05:23:06 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments