X hits on this document

788 views

0 shares

0 downloads

0 comments

39 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)39

divers 7, on ne sait pas toujours très précisément quelles sont les mesures dont on dit qu'elles sont inefficaces. Pour sortir de cette imprécision, certains auteurs n'ont pas trouvé mieux que de définir la réhabilitation par ce qu'elle n'est pas. C'est ainsi que Gibbs (1975) la définît : « modification du comportement par des moyens non punitifs, de telle sorte qu'il ne viole plus la loi » (p. 72) 8. Dans une telle définition, le moyen n'est pas précisé, sauf de souligner qu'il est non punitif. Ce n'est pas une caricature que de dire que, de ce point de vue, réhabiliter, c'est réduire la récidive par n'importe quel moyen à la condition qu'il ne soit pas une peine. Dans ces conditions, nous sommes mis devant un pot-pourri de mesures disparates dont on nous dit qu'aucune ne produit des résultats. C'est ainsi que Lipton, Martinson et Wilks (1975) ont examiné l'efficacité des méthodes suivantes : 1. la formation scolaire, 2. la formation professionnelle, 3. les thérapies individuelles, 4. les thérapies de groupe, 5. les thérapies de milieu, 6. le traitement médical, 7. la durée des sentences, 8. la probation, 9. la libération conditionnelle. Tout ce qu'on peut conclure de revues pareilles, c'est que les expériences disparates tentées jusqu'à présent ne se sont pas révélées très efficaces. Mais ce n'est pas très précis.

Or, il est possible d'être un peu plus spécifique. En effet, la grande majorité des traitements évalués portent sur une forme quelconque de psychothérapie entendue au sens large. (Par exemple

7 Les termes de « réhabilitation » et autres véhiculent cinq idées : 1. la transformation de la personnalité du délinquant, 2. la non-récidive, 3. le souci du bien et de l'intérêt du délinquant, 4. le pardon, 5. des mesures non punitives. Certaines de ces idées concernent les fins, d'autres les moyens -mais on n'évoque jamais un moyen spécifique, ce qui est essentiel dans une démarche évolutive. Le problème ne se pose pas quand on examine une recherche qui évalue une mesure spécifique, par exemple une variété de thérapies de groupe. Il se pose quand on veut énoncer une proposition générale qui viserait à rendre compte de l'ensemble ou du plus grand nombre des recherches évaluatives.

8 Sechrest el al., 1979, proposent une définition qui va dans le même sens : « La réhabilitation est le résultat de toute intervention planifiée qui réduit l'activité criminelle future d'un délinquant, que cette réduction soit médiatisée par la personnalité, le comportement, les capacités, les attitudes, les valeurs ou autres facteurs. Les effets de la maturation et ceux qui sont associés à la peur ou à l'intimidation sont exclus, ces derniers étant habituellement définis comme la dissuasion spécifique » (pp. 20-21).

Document info
Document views788
Page views788
Page last viewedMon Dec 05 19:02:16 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments