X hits on this document

770 views

0 shares

0 downloads

0 comments

47 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)47

A titre d'exemple, on peut signaler que, dans l'échantillon de Glaser (1964, p. 50), le taux de récidive des détenus qui n'avaient aucune condamnation antérieure était de 25% alors que, chez ceux qui en avaient 4 ou plus, elle était de 46%. Certains pourraient penser que la récidive doit être reliée, non pas aux délits antérieurs proprement dit, mais au fait que la multiplication des interventions pénales a eu un effet stigmatisant sur ceux qui en ont fait l'objet, les acculant alors au crime. Cette thèse ne peut être retenue puisque West et Farrington (1977, p. 143) ont montré qu'il y a aussi une relation étroite entre le nombre de délits avoués et la récidive 9. Il a aussi été prouvé qu'il existe de fortes corrélations entre la délinquance cachée d'un groupe d'écoliers à un moment donné et leur délinquance cachée deux ans après (Biron et Cusson, 1979, p. 118). Il est clair que l'activité délinquante passée permet de prédire la délinquance future.

La précocité. - Un autre fait archiconnu concerne le rapport précocité-récidive. Plus un délinquant était jeune quand il fut arrêté pour la première fois, plus il aura tendance à récidiver. Par exemple, un homme qui sort du pénitencier à 25 ans et qui a commencé sa carrière délinquante à 12 ans aura de plus fortes chances de récidiver qu'un autre homme qui est libéré au même âge, mais qui a été arrêté pour la première fois seulement à 20 ans. Wilkins (1969) formule en ces termes cette règle : « Plus l'activité criminelle commence tôt, plus la récidive est probable » (p. 56). Les chiffres cités par Glaser (1964, p. 38) mettent en relief l'ampleur de la tendance. Les prisonniers qui avaient 14 ans ou moins lors de leur première arrestation avaient un taux de récidive de 49% ; celui-ci tombait à 27% si la première arrestation avait lieu entre 21 et 23 ans et il était de 11% s'ils avaient été arrêtés après 34 ans.

Le goût du crime. - Quelle est la signification de ce rapport entre une activité criminelle fréquente et précoce, d'une part, et la récidive, d'autre part ? L'interprétation s'impose. L'homme qui a commencé sa délinquance très jeune et qui a commis un grand nombre de

9 Plus précisément, ils ont montré que les garçons condamnés par les tribunaux pour mineurs et par les tribunaux pour adultes avouaient, à 60%, avoir commis un grand nombre de délits alors que 31% des garçons qui n'avaient été condamnés que par les tribunaux pour mineurs (et qui n'avaient donc pas récidivé devenu adultes) avaient un pourcentage de délinquance révélée forte.

Document info
Document views770
Page views770
Page last viewedMon Dec 05 10:04:25 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments