X hits on this document

791 views

0 shares

0 downloads

0 comments

58 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)58

« Comme je déambulais le long de Bowery ce soir-là, j'avais un vif désir de bavarder avec un vieux copain. Mais où pourrais-je rencontrer un ami ? Seulement là où se tiennent les voleurs. « Bon, me suis-je dit, il « n'y a pas de mal à parler avec mes vieux copains. Je vais leur dire qu'il « n'y a rien à tirer du crime et que j'y ai renoncé. » J'entrai dans un music-hall, un repaire de pickpockets tenu par un vieux gangster, et j'y rencontrai Teddy que je n'avais pas vu depuis des années » (Hapgood, 1903, p. 203).

Sur le plan des relations interpersonnelles, l'ex-détenu qui, comme tout le monde, a besoin d'amitié, d'affection et de considération est devant une alternative : soit fréquenter ses anciens complices et ses camarades de prison, soit fréquenter des gens honnêtes, de préférence sa famille, sa femme, ses enfants, s'il en a. Le choix qu'il fera aura une influence décisive sur son engagement dans la délinquance.

Les facteurs lourds de l'effet zéro

« Ça m'a pris trente-huit ans pour acquérir le mode de pensée que j'ai actuellement. Au cours de cette période, j'ai acquis des habitudes. Cela a pris une vie pour les former et je crois que cela prendrait plus d'une autre vie pour briser ces mêmes habitudes, même si je le voulais.

« Ma philosophie de la vie est d'un genre que très peu de gens partagent, et elle est si enracinée en moi et de façon si profonde que je ne pense pas pouvoir jamais la changer. Ce qui m'a été fait par les autres et ce que je leur ai fait ne peuvent être oubliés ou pardonnés ni par moi ni par eux. Je ne peux pas oublier et je ne pardonnerai pas. Je ne pourrais pas, même si je le voulais. Et la loi est dans la même situation ». (Gaddis et Long, 1970, p. 251.)

L'analyse des facteurs lourds de la récidive nous fournit déjà une excellente raison de l'échec des efforts de réhabilitation des criminels. C'est qu'on se heurte à des contraintes extrêmement puissantes et que les moyens mis en oeuvre sont hors de proportion avec l'énormité de la tâche.

Imaginons un instant un criminel qui cumule une bonne partie des facteurs qui poussent à la récidive : il a 20 ans ; il a été trouvé coupable de dix crimes ; il a commis son premier délit à 12 ans ; il

Document info
Document views791
Page views791
Page last viewedMon Dec 05 20:47:42 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments