X hits on this document

825 views

0 shares

0 downloads

0 comments

69 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)69

les autres, ils ont un besoin urgent d'être compris et aimés » (Tomkiewick, 1980, p. 4). Ces idées sont largement acceptées par les praticiens de l'intervention. Ainsi, dans les établissements correctionnels pour mineurs aux Etats-Unis, les éducateurs et autres membres du personnel pensent, pour la majorité, que des relations étroites avec les jeunes sont extrêmement importantes (Vinter et al., 1976, p. 135). En France, Favard (1981) concluait, au terme de ses recherches sur l'intervention clinique, que les praticiens de la rééducation valorisent la relation au point qu'elle devient une fin en soi 12.

Le refus des punitions. - L'horreur de la peine est un autre trait distinctif de l'idéologie thérapeutique. Menniger (1966) la dénonce violemment dans le titre même de son livre, The Crime of Punishment. Traiter le criminel et non le punir, voici un précepte qui, encore maintenant, est présenté comme une évidence. L'homme commet des crimes parce qu'il est malheureux, la punition ne pourra que l'enfoncer encore plus dans sa révolte. « Ce n'est pas en ajoutant des frustrations supplémentaires que l'on guérira un jeune dont l'état asocial est le résultat de souffrances psychologiques et de frustrations » (Tomkiewicz, 1980, p. 4). De ceci, il découle avec évidence qu'aucune forme de traitement ne devrait comporter de punition.

Le glissement dans la répression

Aimer ; ne pas punir, voilà de belles idées. Mais en pratique qu'arrive-t-il ? Chose étrange, aucun programme durable de traitement des délinquants ne met véritablement cette théorie en application. On part d'un idéal résolument hostile à toute mesure répressive et on assiste à brève échéance à une résurgence apparemment inéluctable des-mesures punitives. La pratique ne correspond jamais à la théorie. Comment cette perversion est-elle possible ? Je tenterai, dans ce qui suit, de retracer les étapes de ce glissement.

12 Anne-Marie Favard fait aussi remarquer que, malgré l'importance accordée à la relation, on ne la définit jamais de façon opérationnelle ; on ne précise aucunement ses modalités techniques et pratiques.

Document info
Document views825
Page views825
Page last viewedWed Dec 07 11:22:59 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments