X hits on this document

918 views

0 shares

0 downloads

0 comments

73 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)73

pratiques que cela peut avoir. Cette tendance à la surévaluation est particulièrement fréquente chez les psychologues. On fait des anamnèses interminables, on fait passer de multiples tests et on rédige de longs rapports qui se caractérisent par leur inutilité. Favard (1981, p. 5-6) a mis en lumière ce qu'elle appelle « le court-circuitage de la fonction diagnostique » : Les diagnostics ne sont liés ni aux données factuelles concernant le sujet (enquête sociale - comportement) ni au traitement. L'activité diagnostique flotte dans le vide sans lien ni avec la nature du problème ni avec la solution qui lui sera apportée.

4. Le refus de l'impuissance

Mais tout le monde n'accepte pas facilement de se désintéresser de son métier, surtout si celui-ci implique un contact quotidien avec le délinquant. Viendra un moment où on sentira le besoin de réagir devant l'accumulation des délits et des désordres qui mettent en jeu la survie même du programme de réhabilitation auquel on travaille. Un programme de traitement auprès des délinquants ne peut tout simplement pas subsister sans un minimum de coercition. Les projets dans lesquels on a persisté à ne pas sanctionner survivent de peine et de misère pendant un an ou quelquefois deux, puis doivent fermer leurs portes. Les causes de cette faillite sont simples.

Assurés de l'impunité, les délinquants intensifient leur activité délictueuse et deviennent ingouvernables. Si le programme est de nature résidentielle, on assiste, à l'intérieur, à des désordres indescriptibles et, à l'extérieur, au pillage des résidences avoisinantes. Si c'est un programme communautaire, les clients continuent tout simplement à violer les lois comme si de rien n'était. Alors, de toutes parts, fusent les protestations : des victimes, des policiers, des juges, des journalistes. L'établissement devient si discrédité que les bailleurs de fond prennent peur ; on coupe alors les vivres. Ou encore, les juges et leurs collaborateurs prennent la décision de ne plus placer d'enfant

Document info
Document views918
Page views918
Page last viewedFri Dec 09 23:26:00 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments