X hits on this document

834 views

0 shares

0 downloads

0 comments

92 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)92

définition qu'en donne Lévy-Bruhl (1900) : « On appelle « morale » l'ensemble des conceptions, jugements, sentiments, usages relatifs aux droits et aux devoirs respectifs des hommes entre eux, reconnus et généralement respectés à une période et dans une civilisation donnée » (p. 101).

Cette transformation se poursuit, dans un second temps, par l'élargissement de la notion de morale. Celle-ci ne désigne plus seulement les règles concernant le bien et le mal, mais toute forme de règles. C'est ainsi que Piaget (1932) commence Le jugement moral chez l'enfant en affirmant : « Toute morale consiste en un système de règles et l'essence de toute moralité est à chercher dans le respect que l'individu acquiert pour ces règles » (p. 1). Ceci autorise le psychologue suisse à penser que l'attitude des enfants vis-à-vis des règles du jeu de billes relève du fait moral. Parallèlement, on note, en anthropologie et en sociologie, une tendance de plus en plus répandue à assimiler la morale aux moeurs, aux coutumes et aux usages propres à un groupe.

Une fois la morale relativisée et vidée de sa substance, il est normal que le terme soit délaissé pour être remplacé - en sociologie notamment - par des expressions plus neutres de normes de conduite et de culture 18. Parallèlement, le fait moral proprement dit s'estompe en tant que champ privilégié d'étude. Parmi les exceptions, il faut ici évoquer la vaste recherche sur les valeurs morales des adolescents menée par Denis Szabo pendant les années soixante (Szabo, Gagné et Parizeau, 1972).

Cette évolution pave la voie à ce qu'on pourrait appeler une théorie de la morale immorale. Alors que, dans la conception traditionnelle, il était inconcevable que la morale puisse conduire au crime, cela devient tout à fait possible dès lors qu'on parle de norme et de culture. En effet, si la morale n'est pas universelle, on peut imaginer que les morales divergent au -point de se contredire avec, pour résultat, qu'un groupe pourrait prescrire ce qui serait un crime aux yeux des membres

18 Par « normes de conduite » on désigne les règles qui lient les membres d'un groupe. Par « culture » on entend l'ensemble des valeurs, des croyances, des normes et des modèles que les sociétés transmettent à leurs membres.

Document info
Document views834
Page views834
Page last viewedWed Dec 07 15:03:58 UTC 2016
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments