X hits on this document

1114 views

0 shares

0 downloads

0 comments

97 / 348

Maurice Cusson, Le contrôle social du crime (1983)97

3. Reste un troisième type de conflits de cultures qui, s'il existait, pourrait rendre compte de la délinquance telle qu'elle est entendue ici : l'opposition entre les lois et les convictions morales de certains groupes relativement aux actes qui causent un dommage évident à autrui. Mais surgit alors la question : Quelle est l'étendue des désaccords normatifs au sujet du vol et de la violence dans la population ?

Les recherches concernant les attitudes du public vis-à-vis du crime permettent de répondre à cette question. Les résultats obtenus par Newman (1976) sont particulièrement probants. Au cours d'une vaste recherche transculturelle, la question suivante avait été posée à des échantillons puisés dans six pays : « Croyez-vous que le vol avec violence (robbery) doit être prohibé par la loi ? » Aux Indes, on, obtint 97% de réponses positives, en Indonésie, 99%, en Iran, 98%, en Sardaigne, 100%, aux États-Unis, 100%, en Yougoslavie, 98% (Newman, 1976, p. 116). Il est clair que le vol qualifié tombe sous le coup d'une réprobation, pour tout dire, universelle. Mais le brigandage est évidemment un crime d'une gravité exceptionnelle. Que pensent les gens d'actes qui, tout en étant des infractions qui causent un dommage évident à autrui, ne sont pas d'une telle gravité ? Récemment, Tittle (1980) réalisait un sondage auprès d'un échantillon de la population de trois États américains (le New Jersey, l'Oregon et l'Iowa) dans le but d'étudier l'impact des sanctions sur la déviance. Il avait demandé aux répondants de se prononcer sur le caractère moralement inacceptable de divers actes déviants. 97% des personnes interrogées considéraient l'agression moralement inacceptable, le pourcentage était de 95% pour le vol de 50,00 $, et de 90% pour le vol de 5,00 $ (Tittle, 1980, p. 48). À la question. « Est-ce que ces actes devraient toujours être interdits par la loi ? », les pourcentages de réponses positives étaient les suivants : 94% pour l'agression, 96% pour le vol de 50,00 $ et 94% pour le vol de 5,00 $ (p. 58-59). Ainsi, même dans le cas de délits d'une gravité moyenne ou faible, une énorme majorité de gens restent convaincus qu'il s'agit d'actes répréhensibles. Ces faits sont d'autant plus significatifs que l'ensemble des études sur la perception du crime ont permis de découvrir qu'il existe un très large accord d'une classe sociale à l'autre et d'un groupe

Document info
Document views1114
Page views1114
Page last viewedThu Jan 19 11:54:15 UTC 2017
Pages348
Paragraphs2523
Words106345

Comments