X hits on this document

Word document

I. ORGANISATION DE LA SESSION - page 126 / 150

320 views

0 shares

0 downloads

0 comments

126 / 150

UNEP/GC.22/11

Le PNUE devrait renforcer ses activités en matière de consommation et de production viables et jouer le rôle de chef de file dans l’élaboration et l’exécution d’un cadre de programmes décennal visant à promouvoir des modes de consommation et de production viables, en coopération avec toutes les parties prenantes pertinentes et en oeuvrant par le canal de ses bureaux régionaux.

D.  Mise en oeuvre des résultats du Sommet mondial pour le développement durable, notamment en ce qui concerne l’état de l’environnement

BASE DES RESSOURCES BIOLOGIQUES POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETE : Contribution du PNUE aux engagements pris en matière de diversité biologique par le Sommet mondial

19.Le Directeur exécutif du PNUE a fait quelques observations liminaires.   S.E. M. Victor Lichtinger, Ministre mexicain de l’environnement et des ressources naturelles, qui était chargé de présenter la question, a fait un exposé détaillé dans lequel il a souligné la nécessité d’élaborer, aux niveaux tant local que mondial, des politiques qui fassent apparaître la valeur réelle de la diversité biologique et des services environnementaux qu’elle fournit.  Il a insisté sur le fait qu’un régime international pour promouvoir et garantir un partage juste et équitable des avantages résultant de l’utilisation des ressources génétiques s’imposait.  Un tel régime devrait prévoir des normes et règles clairement définies pour l’accès aux ressources génétiques et le partage de leurs avantages, une modification de la culture des sociétés transnationales de façon qu’elles respectent pleinement les droits souverains des Etats sur leurs ressources génétiques, la validation de la légitimité des substances biologiques, un consentement préalable en connaissance de cause et des clauses mutuellement convenues pour le transfert des matériaux génétiques en tant que condition préalable pour les demandes de brevets, des paramètres et des mécanismes régissant la fixation de la valeur équitable des ressources génétiques, la diversité biologique et les services environnementaux, le développement des nouveaux marchés verts et l’établissement de systèmes sui generis pour la protection des connaissances traditionnelles.  M. Philippe Roch, Secrétaire d’Etat suisse, a également fait un exposé.  Il a insisté sur les liens qui existent entre la diversité biologique et l’atténuation de la pauvreté ainsi que les liens culturels et spirituels et les services écologiques fournis par les écosystèmes.  Il a proposé que le PNUE s’emploie à sensibiliser à l’importance de la conservation et de l’utilisation durable de la diversité biologique, y compris les questions liées à la prévention des risques biotechnologiques, à assurer une mise en oeuvre efficace du Protocole sur la prévention des risques biotechnologiques, à renforcer les partenariats avec toutes les parties prenantes et à favoriser un partage plus équitable des avantages.

20.Ces exposés ont été suivis par un débat articulé autour de quatre questions.  Les ministres ont souligné qu’il importait d’honorer les engagements souscrits dans le Plan d’application du Sommet mondial, en particulier aux paragraphes 11 et 42, et de mettre en oeuvre l’initiative concernant l’eau et l’assainissement, l’énergie, la santé, l’agriculture et la diversité biologique.  Ils ont fait ressortir que la réduction de la pauvreté était fortement liée à la préservation et à l’utilisation durable de la diversité biologique.  Ils ont réclamé un partage équitable des avantages résultant de l’utilisation des ressources génétiques et des connaissances traditionnelles ainsi que la fourniture d’un appui pour les activités de renforcement des capacités aux fins de la mise en oeuvre des Lignes directrices de Bonn sur l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages qui en résultent et pour les processus d’établissement, aux niveaux mondial, régional et national, de régimes et de législations appropriés régissant l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages.  Ils ont noté que les services fournis par les écosystèmes (forêts, terres humides, écosystèmes marins) constituaient un moyen d’atténuer la pauvreté et de renforcer la prospérité et la dignité de l’humanité.  Ils ont fait valoir qu’il

126

Document info
Document views320
Page views320
Page last viewedSat Dec 03 09:37:37 UTC 2016
Pages150
Paragraphs2772
Words67978

Comments