X hits on this document

Word document

I. ORGANISATION DE LA SESSION - page 138 / 150

368 views

0 shares

0 downloads

0 comments

138 / 150

UNEP/GC.22/11

52.

Le montant des ressources proposées pour l’exercice biennal 2004-2005 s’élevait à 249,7 millions de dollars, soit une augmentation nette de 41,6 millions de dollars par rapport au budget approuvé pour l’exercice 2002-2003.  Le gros de cette augmentation nette des ressources était imputable à une augmentation projetée des dépenses au titre des fonds d’affectation spéciale et des dépenses d’appui aux fonds d’affectation spéciale (19,7 millions de dollars), des contributions de contrepartie (11,6 millions de dollars) et du Fonds pour l’environnement (10,1 millions de dollars).  La plus grosse partie du budget total (224,2 millions de dollars, soit 89,8 %) serait consacrée aux activités du programme.

53.

Après avoir donné quelques précisions sur la contribution du budget ordinaire de l’ONU, dont le montant estimatif pour 2004-2005 s’établissait à 9,1 millions de dollars, soit environ 4 % du budget total du PNUE, M. Kakakhel a expliqué en détail les prévisions de contributions au Fonds pour l’environnement pour l’exercice 2004-2005.  En se fondant sur l’évolution récente des contributions volontaires versées au Fonds, ainsi que sur l’engagement ferme pris par plusieurs des principaux contribuants d’augmenter leur contribution à partir de 2003, le Directeur exécutif avait décidé de préparer pour l’exercice biennal 2004-2005 un budget d’environ 130 millions de dollars pour le Fonds pour l’environnement, dont un programme de travail de 110 millions de dollars.  Ceci équivalait à une augmentation des ressources de 10,1 millions de dollars par rapport au budget approuvé pour l’exercice 2002-2003.  Toutefois, sur ce total, 8,6 millions représentaient des ajustements de coûts (inflation, dépenses de personnel, etc.);  par conséquent, l’augmentation de 10,1 millions de dollars du Fonds pour l’environnement pour l’exercice biennal 2004-2005 ne représentait donc qu’une croissance réelle positive de 1,5 million de dollars.  Sur le budget total proposé pour le Fonds pour l’environnement, un montant de 115 millions de dollars, soit 88,5 %, était alloué aux activités du programme et un montant de 15 millions de dollars, soit 11,5%, était alloué au budget d’appui.  L’exécution du budget du Fonds pour l’environnement, d’un montant de 130 millions de dollars pour l’exercice biennal 2004-2005, exigerait des contributions de 115 millions de dollars pour cette même période et des recettes accessoires de 7 millions de dollars.  Ce montant de contributions représentait une augmentation de 20 millions de dollars, soit 21 %, par rapport aux contributions de l’exercice 2002-2003 projetées au 30 septembre 2002.  Le solde reporté au 31 décembre 2003 était évalué à 9 millions de dollars.  Le Directeur exécutif adjoint a déclaré que le Directeur exécutif était fermement convaincu qu’un certain nombre de faits nouveaux, en particulier la décision SS.VII/1 relative à la gouvernance internationale de l’environnement ainsi que les décisions adoptées par le Sommet mondial pour le développement durable, consolideraient la position du PNUE et que, grâce au barème indicatif volontaire proposé pour le versement des contributions, le PNUE pouvait compter sur une augmentation des contributions qui inverserait la tendance récente à une baisse apparente des contributions.

54.

Les observations du Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires (CCQAB) sur le projet de budget étaient cette fois encore favorables, et le Directeur exécutif avait accepté les quelques critiques faites et en avait dûment tenu compte.  Il s’ensuivait que le poste dans le Groupe de la mobilisation des ressources avait été classé P-4 au lieu de P-5.  Le Directeur exécutif avait décidé que tous les postes administratifs dans les bureaux régionaux devraient être financés par le budget d’appui et accepté que le PNUE envisage la possibilité d’employer des administrateurs locaux dans ses programmes;  et les indicateurs de réalisation des résultats seraient appliqués en 2006.

55.

Le Directeur exécutif adjoint a ensuite donné un aperçu du programme présenté au chapitre IV du document UNEP/GC.22/6, montrant que les sept sous-programmes pouvaient être regroupés dans trois catégories d’activités principales.  La première catégorie, à savoir la surveillance de l’environnement, l’évaluation et l’alerte rapide, visait à garantir que les politiques d’environnement reposent sur des fondements scientifiques solides.  La deuxième catégorie, à savoir la mise en œuvre du programme sur l’eau et l’assainissement, l’énergie, la santé, l’agriculture et la diversité biologique

138

Document info
Document views368
Page views368
Page last viewedTue Dec 06 14:22:39 UTC 2016
Pages150
Paragraphs2772
Words67978

Comments