X hits on this document

Word document

I. ORGANISATION DE LA SESSION - page 3 / 150

391 views

0 shares

0 downloads

0 comments

3 / 150

UNEP/GC.22/11

5.M. Arthur Chaskalson, Président de la Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud et Président du Colloque mondial des juges, est également intervenu lors de la séance d’ouverture.  Il s’est félicité de l’initiative prise par le PNUE d’associer les magistrats aux questions touchant l’environnement et le développement durable.  Les frontières du droit de l’environnement étaient constamment repoussées;  il était donc vital de développer les connaissances des magistrats dans ce domaine.  Le Colloque mondial des juges tenu à Johannesburg (voir UNEP/GC.22/INF/24) avait donné à 120 juges représentant différents systèmes et cultures juridiques l’occasion de repenser leur rôle dans la défense des principes du droit de l’environnement, dans le contexte du développement durable.  Les participants au Colloque avaient convenu que des relations de travail constructives devaient être instaurées entre le PNUE et les magistrats, l'accent étant mis sur l’éducation, le développement des capacités et l’accès à la justice.  Une réunion de suivi facilitée par le PNUE, à laquelle avaient participé quelque 25 juges du monde entier, ainsi que divers observateurs intéressés par la promotion du droit de l’environnement et de l’éducation en matière judiciaire, s’était tenue les 30 et 31 janvier 2003 à Nairobi.  Les participants à cette réunion avaient vivement invité le PNUE à promouvoir des programmes de développement des capacités, en commençant par évaluer les besoins de chaque pays pour que ces programmes répondent aux besoins.  On avait aussi demandé au PNUE de faciliter la communication entre les juges, notamment en développant le portail judiciaire qui avait été mis en place sur Internet par le PNUE en collaboration avec l’Union mondiale pour la conservation de la nature (UICN).  Enfin, M. Chaskalson a annoncé que, à la demande du PNUE, un comité consultatif de juges avait été constitué pour approfondir la coopération entre le PNUE et les magistrats.

6.M. Newton Kulundu, Ministre kényen de l’environnement, des ressources naturelles et de la faune et de la flore sauvages, a souhaité la bienvenue aux participants au nom du Gouvernement hôte.  Il a indiqué que l’élimination de la pauvreté et la promotion de moyens de subsistance durables étaient essentielles pour la réalisation du développement durable.  La Déclaration du Millénaire3 avait inscrit la lutte contre la pauvreté parmi les responsabilités communes de l’ensemble de la communauté internationale, et M. Kulundu a félicité le PNUE d’avoir inscrit cette question à son programme de travail.  Il a souligné que le nouveau Gouvernement kényen était acquis aux idéaux de gestion rationnelle de l’environnement pour la réalisation du développement durable au niveau national.  Il a insisté sur le fait qu’il fallait trouver un équilibre viable entre le développement économique et la mondialisation d’une part, et la protection de l’environnement, d'autre part.  Il a salué les très nombreuses initiatives lancées par le PNUE, notamment les activités menées conjointement avec le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-HABITAT) et la collaboration établie entre le PNUE et le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires en vue de renforcer, au niveau international, les dispositifs d’intervention pour faire face aux éco-urgences.  Il a applaudi aux travaux entrepris par le PNUE pour clarifier les liens qui existent entre le commerce et l’environnement ainsi qu’à l’action menée par cette organisation en vue de renforcer la participation de la société civile et de forger des partenariats sur les questions environnementales.  Il a invité les pays à augmenter le niveau de leurs versements et à veiller à verser en temps voulu leurs contributions au Fonds pour l’environnement de façon à permettre l’application efficace et opportune du programme de travail du PNUE, et a déclaré que son Gouvernement était favorable au barème indicatif volontaire des contributions.

B. Participation

7.Les 54 Etats membres suivants du Conseil d’administration étaient représentés :

Allemagne

Antigua-et-Barbuda

Arabie saoudite

Argentine

Bahamas

Belgique

3

Document info
Document views391
Page views391
Page last viewedThu Dec 08 03:13:08 UTC 2016
Pages150
Paragraphs2772
Words67978

Comments