X hits on this document

PDF document

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT - page 32 / 46

91 views

0 shares

0 downloads

0 comments

32 / 46

  • -

    32 -

b) Les enfants nés sans vie avant d’avoir atteint la limite légale de

viabilité

Les enfants nés sans vie avant la fin de la 24ème semaine de gestation sont considérés comme résultant d’une fausse couche et ne font l’objet d’aucune inscription à l’état civil. Les prestataires du Service national de santé sont toutefois encouragés à fournir aux parents qui le souhaitent un document spécifique faisant état de la naissance.

  • 2)

    Les obsèques

    • a)

      Les enfants mort-nés

Les corps des enfants mort-nés doivent être inhumés ou incinérés.

À cet effet, les services de l’état civil, après avoir enregistré la naissance d’un enfant mort-né, fournissent aux parents un document, grâce auquel ces derniers peuvent faire procéder à l’inhumation ou à l’incinération

Il est courant que les services funéraires ne perçoivent aucun honoraire. Cependant, afin de couvrir les frais annexes aux obsèques, les parents peuvent, sous condition de ressources, recevoir des allocations spécifiques.

Jusqu’au début des années 80, les enfants mort-nés étaient souvent inhumés de façon anonyme, parfois même à l’insu des parents. Depuis lors, les professionnels concernés (en particulier le Service national de santé et l’Institut de gestion des cimetières et des crématoriums), recommandent que le libre choix des parents soit respecté et que les sépultures individuelles soient privilégiées.

b) Les enfants nés sans vie avant d’avoir atteint la limite légale de

viabilité

À la suite du rapport du groupe de travail sur les tissus fœtaux publié en 1989 et des recommandations de l’Institut de gestion des cimetières et crématoriums émises en 2004, le code de déontologie de l’organisme chargé de la régulation de l’histologie humaine a défini en 2006 les modalités de prise en charge de la dépouille des enfants nés sans vie et qui ne sont pas juridiquement considérés comme mort-nés. Ce document, qui ne s’applique pas en Écosse, préconise le respect du choix des parents.

En pratique, les parents disposent librement des restes de leur enfant et décident des mode et lieu de sépulture. Comme les cimetières et les crématoriums ont l’obligation de vérifier que la grossesse s’est terminée dans des conditions conformes à la loi, les établissements de soins remettent aux parents un document attestant de la perte d’un enfant. Ce document n’est généralement établi que lorsque la fausse couche a eu lieu après une gestation d’au moins 12 semaines. Par ailleurs, la plupart des hôpitaux organisent eux-mêmes des obsèques, au moins pour les enfants qui ont atteint un certain âge (14 ou 16 semaines), tandis que les autres sont éliminés, mais séparément des déchets médicaux.

Document info
Document views91
Page views91
Page last viewedSat Dec 03 15:49:39 UTC 2016
Pages46
Paragraphs484
Words8476

Comments