X hits on this document

200 views

0 shares

0 downloads

0 comments

15 / 50

M. Labelle et D. Salée, “La citoyenneté en question: l’État canadien...” (1999)15

Ce souhait du Comité de la Chambre des communes, l'État en prenait déjà fait et acte en approuvant, en 1987, l'organisation de la « Semaine de la citoyenneté canadienne » et, fin 1990, la création d'un nouveau ministère du Multiculturalisme et de la Citoyenneté. Cette initiative, espérait-on, devait

renforc[er] le lien entre le multiculturalisme et la citoyenneté, symbolis[er] la grande portée de notre définition de ce que c'est qu'être Canadien et reconnaît[re] concrètement que la diversité culturelle représente un élément essentiel de la citoyenneté. Elle reflétera les efforts déployés par le gouvernement pour jeter des ponts entre les collectivités et respecter la diversité, tout en affirmant notre identité commune. Elle traduira le fait que la citoyenneté canadienne englobe tous les citoyens et citoyennes, peu importent leurs origines culturelles (Canada, 1991a, p. 1).

Les politiques et programmes du nouveau ministère devaient être formulés de manière à ce qu'ils

favorisent l'appréciation de la citoyenneté canadienne, encouragent la participation active à la vie canadienne et aident à faire tomber des obstacles qui empêchent de nombreuses personnes d'exercer pleinement leurs droits et leurs responsabilités civiques. Ces obstacles comprennent le racisme, l'analphabétisme, le manque de connaissance et d'appréciation des institutions canadiennes et un manque de sensibilisation à la diversité canadienne et de compréhension de celle-ci (Canada, 1992c, p. 14).

Toutefois, le nouveau gouvernement libéral élu en octobre 1993 annoncera que les deux grands éléments de Multiculturalisme et Citoyenneté Canada seront divisés. En 1995, le volet multiculturalisme est pris en charge par le nouveau ministère du Patrimoine canadien à qui est confié le mandat de promouvoir l'identité canadienne et le multiculturalisme ; le volet citoyenneté tombe sous la juridiction de Citoyenneté et Immigration Canada qui prend la relève d'Emploi et Immigration Canada.

La Loi sur le Ministère du Patrimoine canadien élargit les domaines de compétence de ce ministère : a) le multiculturalisme ; b) la promotion d'une meilleure compréhension des droits de la personne, des libertés, etc., c) le cérémonial d'État et les symboles canadiens. L'un des cinq secteurs traite de la Citoyenneté et du Programme d'identité canadienne. Sous ce secteur on retrouve,

Document info
Document views200
Page views200
Page last viewedFri Jan 20 20:17:04 UTC 2017
Pages50
Paragraphs320
Words15273

Comments