X hits on this document

168 views

0 shares

0 downloads

0 comments

9 / 50

M. Labelle et D. Salée, “La citoyenneté en question: l’État canadien...” (1999)9

raté de Charlottetown, il est clair que l'État canadien cherche à définir un modus vivendi qui permettrait de redessiner en quelque sorte les contours de l'espace public global à l'intérieur duquel les membres de la communauté politique canadienne doivent évoluer. Sous cette quête qui emprunte souvent la voie juridique, se profile un malaise infiniment plus profond : le Canada ferait face, selon les termes utilisés dans les officines gouvernementales, à un affaiblissement de la cohésion sociale. Aussi, en dépit des déclarations triomphalistes des politiciens et des experts qui les soutiennent selon lesquelles le Canada est « le meilleur pays du monde », l'État s'affaire à trouver les moyens d'endiguer une situation potentielle de crise ou de fracture que personne n'ose plus nier. Dans un document de recherche stratégique récent émanant du Bureau du Conseil privé 2, on admet :

Les valeurs et la culture sont au cœur de l'identité de la nation. Sans ce « ciment », un pays perd de sa cohésion et il peut être alors plus difficile d'atteindre les autres buts sociaux. Aujourd'hui, au moment où nous approchons du XXIe siècle, nos buts communs sont affaiblis par un certain nombre de tendances, dont certaines peuvent être contenues par le gouvernement fédéral tandis que d'autres échappent à sa compétence. Nos recherches montrent que ces tendances, si elles ne sont pas reconnues et jugulées au cours des prochaines années, pourraient fragmenter et polariser notre société, exercer des pressions sur les personnes et sur les collectivités, puis miner le consensus qui a fondé la cohésion sociale pendant la plus grande partie du siècle qui vient de s'écouler (Canada, 1996, p. 330).

Bref, on se rend bien compte que le Canada n'est plus ce qu'il était ; que les présupposés sociétaux conventionnels n'ont plus les mêmes effets structurants ; que la segmentation économique et sociale pose de plus en plus problème et que les hiérarchies réelles et symboliques qui départagent les individus s'avèrent de moins en moins acceptables et surtout de moins en moins acceptées. Forts d'avancées notables dans la sphère démocratique - grâce à la constitutionnalisation de la Charte des droits et libertés notamment -,

2 Le Bureau du Conseil privé, principale agence centrale de l'État canadien, a mis sur pied en juillet 1996 un comité de recherche stratégique dans le cadre du projet Canada 2005. Le comité a pour « but d'étudier le contexte dans lequel devront, dans une perspective à moyen terme, être définies les politiques et [d']entamer le processus de planification de la prochaine décennie » (Canada, 1996, p. 2).

Document info
Document views168
Page views168
Page last viewedSat Dec 10 20:36:52 UTC 2016
Pages50
Paragraphs320
Words15273

Comments