X hits on this document

104 views

0 shares

0 downloads

0 comments

6 / 21

Le Bulletin des BioTechnologies – Mai 2005 – n°228

mobilisation après une période où labactérie avait accès à différentes cassettes dans la nature (hors des Xanthomonas). Ceci a permis l'établissement de niches particulières pour ces différentes souches.

�� �� �� ��

26. Plutellaxylostella est une chenille herbivore s'attaquant sérieusement aux Crucifères, dont le colza. Lesystème bien connu glucosinolate–myrosinase est un des moyens naturels de lutte contre ces insectes etse débarrasser inconsidérément des glucosinolates n'est pas toujours sensé.B Pontoppidan  et al.; PlantScience 168 (MAR05) 715-722 montrent quece n'est pas un simple effet de blessure quiinduit la myrosinase binding protein (MBP),la myrosinase associated protein (MyAP)et la myrosinase. La blessure induitune augmentation transitoire de MBP et MyAP qui retombe après 24–48 h après unesimple blessure. Une expression généralisée est associée à

l'herbivorie. Dansle cas de la myrosinase ce n'est qu'en cas d'herbivorie qu'il y a induction.L'idée de mimer l'herbivorie avec un pincement n'est pas forcément une bonneidée.

�� �� �� ��

27. La protéine RPM-1 permet une résistance à Pseudomonas syringae pvtomato DC3000 exprimant l'une des deuxprotéines d'avirulence AvrRpm-1 ou AvrB. Laprotéine RIN-13 (RPM1 InteractingProtein 13) amplifie cette résistance mais, curieusement, supprime la réponse innée normale: la nécrose localisée de la réaction hypersensible. A Al-Doude et al.; The Plant Cell 17 (MAR05)1016-1028.

Ceci souligne le faitque la nécrose localisée n'est pasindispensable à la résistance, et ceci devrait être pris en compte dans lesstratégies de résistance.

�� �� �� ��

Les plantesrecombinantes

28. F Domergue et al.; Trends in Plant Science 10(MAR05) 112-116 commentent trois publications sur la production d'acides gras polyinsaturés à très longues chaînes (LCPUFA) dans des plantes transgéniques. Ce sont les acides gras en C20et C22 avec quatre à six doubles liaisons en cis querecouvre cette dénomination. Il s'agit de B Qi et al.; NatureBiotechnology 22 (JUN04) 739–745, A Abbadi et al.; The Plant Cell 16(OCT04) 2734–2748 et des dépôts de brevetsde E.I. Du Pont de Nemours and Company WO2004/071467 (26AUG04) et US2004172682(02SEP04,) (ces deux numéros correspondentà un dépôt de demande de brevet qui est en examen mais non encore accordé maisprend date).

Les auteurs commencent par développer le fait que leurproduction actuelle repose entièrementsur l'extraction d'huiles depoissons qui sont de moins en moinsdisponibles. Or ils sont indispensables au développement et au maintien d'uncertain nombre d'organes, mais sont aussi des éléments régulateurs jouant unrôle dans la régulation de la transcription et sont des précurseurs des eicosanoïdes.L'homme (et d'autres animaux) ne sait pas les synthétiser, car il a perdu deuxdésaturases essentielles dans leur synthèse, convertissant l'acide oléique (9-18:1) en acide linoléique (6-9,12,18:2) et -linolénique(3-9,12,15-18:3).

Toutes les plantes consommées contiennent des -18:3plutôt que des 18:2, mais aucun acide dece type en C20- ou C22. La plupart des aliments élaborés montrent un large excès de 6-C18:2et seulement des traces de traces of 18:3.Les -18:3 ne sont quetrès faiblement convertis, par élongation, en 3-C20.La consommation de 0,1 g de ces acides gras insaturés à longues chaînes, et enparticulier d'acide eicosapentaénoïque EPA (3-20:5) etd'acide docosahexaénoïque (C22:6) serait l'une des façons de satisfaire les besoinsalimentaires.

De gros efforts ont été fait pour une production par des alguesunicellulaires. OmegaTech (intégrée dansMartek) a utilisé depuis 1987 la production par Thraustochytrium et

Schizochytrium,(Labyrinthulomycotes dont on ne sait pas si ce sont des champignons ou desalgues non-photosynthétiques avec un thalle de quelques cellules et desexigences tout particulièrement fastidieuses qui posent des problèmes deproduction), Martek ayant choisi Crypthecodinium cohnii (une Dinophycée) et Phaeodactylum tricornutum (une diatomée) sur une grande échelle. Mais on a desproblèmes de rendement. La revue ne s'appesantitpas sur ce type de production que j'ai déjà évoqué ces dernières années (voir,par exemple, le Bulletin de Janvier §84).

La transformation deplantes oléagineuses est une voie qui semble plus efficace. Les troispublications indiquent des productions d'acides gras polyinsaturés à longueschaînes à raison de 3 à 20% de LCPUFA dans l'huile.Ce qui est pas mal.

L'analyse de F Domergue et al. décrit les voies dedésaturation possibles avec des schémas très clairs. Le pool des acyl-CoA desplantes comprend des 16:0, 18:0, 18:1, 18:2 et 18:3. Les trois premiers sontdes produits exportés des chloroplastes, tandis que les deux derniers sontlibérés à partir de la phosphatidylcholine, où ils sont produits pardésaturation de l'acide oléique. Ce pool est constamment remanié par desréactions réversibles entre phosphatidylcholine et acylCoA grâce à une acyl-CoA:lyso-phosphatidylcholineacyltransférase (LPCAT), mais cette enzymen'a encore pas été séquencée officiellement. .

Pour obtenir de l'acide arachidonique ARA (6-20:4) et de l'EPA respectivement à partir de 18:2 et18:3, deux désaturations additionnelles doivent être réalisées complétées parun cycle d'élongation pour passer de 18 à 20.

Les trois publications ont été réaliséesdans des plantesdifférentes en utilisant élongases et désaturases clonées àpartir de diversorganismes. La place de l'élongation par rapport à la désaturation,ainsi que le substrat utilisé diffèrent entre les trois techniques.

�� �� �� ��

LesInsectes et leur Maîtrise

6

Document info
Document views104
Page views104
Page last viewedSat Dec 03 13:00:03 UTC 2016
Pages21
Paragraphs439
Words15932

Comments