X hits on this document

106 views

0 shares

0 downloads

0 comments

9 / 21

Le Bulletin des BioTechnologies – Mai 2005 – n°228

LesProductions animales

Les gènes etles Génomes

35. G Larson etal.; Science 307 (11MAR05) 1618-1621 montrent, en utilisant les génomes mitochondriaux, que le sanglierest originaire des îles du sud-est de l'Asie et s'est, ensuite, répandu àtravers l'Eurasie. Au sein de ces populations, la domestication a eu lieu en de nombreux sites, et la plupart des porcs domestiques européens dériventdes sangliers locaux. On avait identifié trois groupes divergents de génomesmitochondriaux, un asiatique et deux européens (dont un concerne les seulssangliers italiens!!! est-ce pour défendre le jambon de Parme?).

Les sangliers ont longtempsété du gibier pour les premiers européens jusqu'au début de l'holocène. Aprèsquoi, la domestication a bouleversé ces relations (ce qui est également vraipour les autres grands mammifères).

Ceci dit, on a constaté une modification progressive de lamorphologie des animaux en Anatolie orientale dès 9000 ans auparavant. Ceciavait suggéré une origine moyen-orientale (c'est un comble) des porcs européensimportés plus à l'ouest par les éleveurs néolithiques.

�� �� �� ��

La transformation

36. Onaimerait bien pouvoir cibler facilement et spécifiquement les muscles. Malheureusement la barrière des vaisseaux capillairespose des problèmes dans les essais par injection intra-veineuse. Z Wanget al.; Nature Biotechnology 23 (MAR05) 321-328 montrent que les vecteurs basés sur l'AAV8 sont les plus efficaces dans ce cas pour untransfert  général, tandis qu'AAV1et AAV6 le sont après injection intra-musculaire.

�� �� �� ��

Ledéveloppement

37.***La leptine,produite par les adipocytes, est plusconnue pour son influence sur le poids corporel. On sait qu'elle a, également, un effet sur la masse osseuse(voir P Ducy et al.; Cell 100 (21JAN00) 197-207). Elle le fait aussi via des systèmes neuroendocrines centrés sur l'hypothalamus. F Elefteriou et al.; Nature 424 (24MAR05) 514-519 viennent de montrer que c'est via le système nerveuxsympathique que le signal descendant del'hypothalamus transite. Voir également le commentaire de JK Elmquistet al.; Nature 424 (24MAR05) 447-448.

�� �� �� ��

38. La protéine Hedgehog (Hh) et les protéines apparentées participent aux communicationsintercellulaires au cours du développement. Les arrestinestirent leur nom du fait qu'elles mettent fin aux signaux des récepteurs couplésaux protéines G.

Les arrestines participentégalement à la transduction des signaux Hedgehog par laprotéine membranaire Smoothened (Smo) qui ressemble, de par sa structure, aux récepteurscouplés aux protéines G. On ne sait pas grand chose de sûr à propos de la fonctionexacte de Smo dans la voie Hh.

Deux publications récentesde W Chen et al.; Science 306 (24DEC04) 2257-2260 et AM Wilbanks et al.; p.2264–2267 ont, en effet, révélé une similitude entre la transmissiondu signal Hh et celle des récepteurs couplés aux protéines hétérotrimériques G.On peut y ajouter le fait qu'une fixation sur l'arrestine à la suite d'une phosphorylation de Smo estindispensable à sa fonction, comme dans le cas des récepteurs couplés auxprotéines G (Rhodopsine) ou les récepteurs 2adrénergique. Mais ceci n'est pas encore prouvé.

La fixation de l'arrestinedépend d'un changement de conformation du récepteur liée à la fixation de son ligand etentraînant sa phosphorylation. Cettefixation

a plusieurs conséquences possibles. Elle peut bloquer la transmissiondu signal en empêchant l'accès au récepteur activé de la protéine G associée. Elle peut également induire l'internalisation durécepteur via la clathrine, entraînant sa déphosphorylation et, par conséquent,sa destruction ou son recyclage sous sa forme inactive. Enfin elle peut induirele recrutement de protéines additionnelles déclenchant des voies additionnellesde transduction du signal comme celle des MAPK (Mitogen Activated ProteinKinases), voir le commentaire de D Kalderon; Current Biology 15(08MAR05) R175-R178 et la figure quirésume la situation.

Dans le cas de Hh, Smo n'est pas directement activée par Hh. Smo est, par contre, indirectement inhibée par le récepteur Patched (Ptc), et cette inhibition est levée par la fixation du ligandHh sur son récepteur Ptc. Smo peut être inhibé ou activé par de petitesmolécules apparentées au cholestérol et ségrège dans des endosomes dépourvus dePtc sous l'effet de Hh, ce qui lui évite une dégradation lysosomale.

W Chen et aldémontrent le recrutement  de la -Arrestine2 à la membrane plasmique par Smo. Ce recrutement est inhibé par Ptc et accentué par Shh en présence de Ptcet par les agonistes basés sur le cholestérol. La régulation est donc assurée par le positionnementsubcellulaire de Smo.

�� �� �� ��

39. Les cadhérines sont des molécules d'adhésion qui interviennent dans la morphogenèse et l'architecture cellulaire. On vient de montrer que les cadhérine E sont indispensablesà la fonction de barrière des épidermes en régulant la formation des jonctions serrées, mais pas des desmosomes. JA Tunggal et al.; EMBO Journal 24 (23MAR05)1146–1156.

�� �� �� ��

9

Document info
Document views106
Page views106
Page last viewedSun Dec 04 02:03:41 UTC 2016
Pages21
Paragraphs439
Words15932

Comments