X hits on this document

43 views

0 shares

0 downloads

0 comments

9 / 14

III. INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

Indications générales

Le programme d’information et communication traduit une approche rénovée et enrichie de cet enseignement caractérisée par :

- une introduction à la psychosociologie des organisations dont le point d'entrée est le comportement des individus,

- un approfondissement conceptuel dans l'étude de la communication et de l'information,

- le développement d'une culture technologique en phase avec l'évolution des technologies de l'information et de la communication, notamment des réseaux,

- une approche méthodologique de l'organisation des activités individuelles, première étape d'une démarche d'organisation qui sera approfondie et élargie en classe terminale et lors d'études ultérieures.

Organisation du programme

La succession des quatre parties du programme répond à une logique d'étude visant à installer d'emblée des notions de psychologie sociale (première partie) qui, outre leur valeur culturelle propre, constituent des pré-requis utiles à l'étude de la communication, de l'information et de l'organisation.

Les connaissances sur le comportement des individus étant acquises en début d'année scolaire, il devient alors possible de procéder à l'étude des trois autres parties. Cette étude peut être conduite en parallèle en raison des fortes interrelations existant entre elles.

Le repérage des cadres horaires fournis à titre indicatif en regard de chaque partie, l'identification des pré-requis et la lecture des indications complémentaires devraient faciliter l'élaboration d'une progression pédagogique équilibrée, en harmonie avec les autres cours notamment celui de management des organisations.

Le programme est présenté en trois colonnes.

- la colonne de gauche énumère et hiérarchise les thèmes d'étude,

- la colonne centrale précise le sens et la portée de l’étude de chaque thème. Elle précise leur étendue, indique le contexte et les limites de leur étude.

- la colonne de droite énonce les notions et contenus à développer en regard des différents thèmes et des sous parties qui leur correspondent. Les notions ici présentées doivent être acquises par les élèves au terme de l'année scolaire. Cette acquisition fait l'objet d'une évaluation régulière tout au long de leur formation,

Stratégie pédagogique

Afin de développer l'intérêt et la motivation des élèves tout en facilitant les acquisitions conceptuelles et notionnelles nécessaires à la poursuite de leurs études, il convient d'installer des démarches pédagogiques appropriées.

Chaque partie (voir infra) préconise la démarche : Observation Analyse Conceptualisation et l'illustre par quelques exemples indicatifs. D'autres approches, plus déductives ou expositives peuvent être envisagées ponctuellement lorsque le thème d'étude s'y prête. Néanmoins, toute séquence pédagogique doit permettre aux élèves, par une synthèse adaptée, de dégager l'essentiel des notions abordées. C'est notamment par ce travail de conceptualisation que l'enseignement de communication et information prend tout son sens et facilite les pratiques d'évaluation nécessaires au professeur comme aux élèves pour s'assurer des acquis et opérer les remédiations éventuelles.

Que les élèves soient appelés à observer ou à agir, les exemples qu'il convient de choisir, dans la majorité des cas, prennent pour référent l'organisation : entreprises, associations, administrations et collectivités, ONG, etc. Ils concernent de préférence les activités à caractère administratif et commercial et fournissent ainsi aux élèves des repères utiles au choix de la spécialité de terminale, voire à la définition de leur projet d'études supérieures ou professionnel.

Le recours aux technologies de l'information et de la communication est privilégié et toutes les ressources de l'établissement doivent être disponibles qu'il s'agisse des outils de communication (magnétoscopes, caméscopes, vidéo-projecteurs…), des logiciels de gestion, du réseau pédagogique ou d'Internet. L'utilisation de ces moyens est généralement plus opportune en classe dédoublée si l'effectif de la classe l'autorise. On veillera à leur mobilisation dans des conditions matérielles adaptées (qualité de l’espace et disponibilité des outils), en particulier pour les enseignements de communication (observation, analyse et simulations).

L'enseignement du cours de communication et information est assuré par un seul professeur qui entretient un courant d'échanges régulier, pouvant déboucher sur des actions pédagogiques concertées, avec les autres professeurs chargés de l'enseignement de management, de gestion et de français tout particulièrement.

Indications détaillées

A. Le comportement des individus

Cette première partie du programme introduit quelques notions de base de psychologie sociale qui seront mobilisées (et donc explicitement réinvesties) dans les parties suivantes de ce programme et dans les programmes de terminale, spécialement en communication et mercatique.

Cette partie constitue donc un préalable indispensable à l’étude des notions relevant d’autres domaines :

▪ Un préalable à l’approche de la communication.

Un échange communicationnel est un acte social dans lequel le comportement des individus en relation a un impact majeur. On conçoit donc toute l’utilité de sensibiliser d’abord les élèves aux comportements qu’adoptent les individus dans leurs relations sociales ou lors d’actes de consommation, à leurs attitudes et à leur perception du monde. En outre, la communication s’inscrit toujours dans un contexte donné porteur de culture, de valeurs partagées (ou non), de règles et de normes que l’approche psychosociologique aide à appréhender. Cet éclairage est particulièrement utile pour l’étude de la communication des organisations.

▪ Un préalable à l’approche de l’information.

Certaines notions de base du comportement des individus, en particulier celle de perception, seront mobilisées.

▪ Un préalable à l’étude de l’organisation.

La prise en compte des facteurs comportementaux doit permettre d’appréhender la dimension humaine des démarches d’organisation.

La logique générale de cette partie doit être mise en valeur : les comportements (professionnels, de consommation ou plus généralement sociaux) sont influencés par divers facteurs (première partie) et sont mis en œuvre dans le cadre d’une dynamique comportementale (deuxième partie).

Il s’agit d’introduire les notions, de les définir et de leur donner du sens à partir d’exemples simples. Il ne s’agit donc pas d’aborder ici les nombreuses théories relevant de la psychologie ou de la sociologie.

Les contextes de référence peuvent être :

- les relations de travail,

- les groupes sociaux organisés,

- les activités de consommation.

Sans que cela soit systématique, la démarche pédagogique recommandée est la suivante : Observation Analyse Conceptualisation.

Lors des phases d’observation et d’analyse, la réflexion des élèves pourra être guidée par des grilles ou par des plans de questionnements.

Des exemples simples, à portée des élèves et pris dans leur environnement immédiat peuvent être mobilisés dans un premier temps. On privilégie, par exemple, l’observation de situations quotidiennes (dans la rue, dans les transports en commun, dans les magasins, etc.), ou professionnelles à partir de supports audiovisuels ou de films.

Les situations impliquant l’élève sur un plan personnel ou touchant à leur environnement familial sont à proscrire. Les élèves doivent rester extérieurs aux situations observées. Le contexte de référence est explicitement celui des relations de travail, des groupes sociaux organisés et des phénomènes de consommation.

Introduction : Interaction individu/groupe

Dans le cadre de cette introduction, on se limite à une définition du comportement, assortie d’illustrations. Les interactions individu/groupe sont mises en évidence à partir de l’observation ou de l’analyse de quelques situations simples.

On montre, par exemple, l’influence sociale ou l’influence du groupe sur les choix vestimentaires, musicaux, cinématographiques, sur les codes langagiers, sur le rejet ou l’attirance pour une marque déterminée.

1. Les facteurs du comportement 
1.1. Les facteurs socioculturels

Les structures de socialisation favorisent l'acquisition des normes, valeurs, comportements. Des exemples simples peuvent être utilisés pour illustrer l’influence des structures de socialisation sur les comportements des individus. Ils seront centrés de façon privilégiée sur les notions de groupe d’appartenance, de groupe de référence, d’organisation.

Exemples : la famille, les tribus, le club de sport, le groupe professionnel, les groupes sociologiques.

Précautions : Les références à la structure familiale ne doivent en aucun cas faire appel à des situations familiales personnelles.

9

Document info
Document views43
Page views43
Page last viewedSun Dec 04 20:30:14 UTC 2016
Pages14
Paragraphs551
Words9459

Comments