X hits on this document

Word document

ETUDE SUR LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME - page 101 / 102

330 views

0 shares

3 downloads

0 comments

101 / 102

Etude sur la délimitation du DPM en relation avec l’élévation accélérée du niveau de la merMEAT

Les côtes tunisiennes sont donc considérées comme très vulnérables à une EANM. Une variation d’un niveau marin, même de quelques décimètres peut, dans différents segments côtiers, entraîner un retrait sensible du rivage par érosion ou par submersion. L'intrusion des eaux marines peut menacer de conduire à des formes de dégradation par salinisation dans des terrains étendus.

5.8 Conclusions

Bien que la tendance à long terme soit généralement un recul du rivage, il serait tout aussi critiquable de vouloir laisser jouer librement, dans tous les cas, les phénomènes naturels, que de prétendre, en toutes circonstances et partout, mettre en place une protection lourde ou procéder à une mesure d’adaptation.

Si la première position est sans doute la meilleure dans des zones auxquelles est assignée une vocation naturelle, elle n’est certainement pas acceptable au droit de lieux habités, des lieux voués aux activités agricoles ou touristiques et à certaines activités maritimes (conchyliculture....).

Les premières réflexions, devant un problème de tenue du littoral, doivent porter sur les risques encourus et sur les objectifs à poursuivre.

A partir du moment où le parti a été choisi d’assurer un certain degré de protection à une zone donnée, dans le cadre d’un ordre de grandeur de dépense arrêté, la définition des moyens à mettre en œuvre en doit faire l’objet d’une démarche scientifique.

analyse des phénomènes naturels vents, marées, houles, courants ...,

détermination des types de mouvements sédimentaires et de leurs causes, analyse des activités humaines pouvant avoir une incidence dans la zone d’étude (extractions de matériaux en mer, ouvrages de protection dans les zones voisines du littoral...),

appréciation des perspectives d’évolution de la zone littorale à protéger,

détermination des types de mesures et d’aménagements susceptibles d’empêcher les évolutions défavorables et d’orienter favorablement le jeu des phénomènes naturels,

conception précise de ces mesures et aménagements,

contrôle, après leur mise en œuvre de leur efficacité et vérification de leur absence de nocivité pour les zones voisines.

Force est de constater qu’actuellement les conditions nécessaires pour procéder à des études correctes et prendre les décisions convenables ne sont trop souvent pas remplies.

Les aménagements sont dans bien des cas définis sans étude technique approfondie, sur la base d’habitudes, d’extrapolations ou de préférences subjectives (aversion pour les moyens lourds qui dégraderaient le littoral, ou au contraire goût immodéré pour certains types d’ouvrages) ;

Les études, lorsqu’elles sont faites sont souvent trop ponctuelles, ignorant les répercussions que peut avoir un aménagement localisé sur des zones parfois assez éloignées.

Les progrès semblent devoir porter, au cours des prochaines années, sur quatre points :

meilleure connaissance des phénomènes naturels régissant l’évolution du littoral et des conséquences des interventions humaines,

____________________________________________________________________________________________________ _

IHE - Ingénierie de l’Hydraulique et de l’Environnement Page : 101

Document info
Document views330
Page views365
Page last viewedSat Dec 03 22:26:13 UTC 2016
Pages102
Paragraphs3859
Words37933

Comments