X hits on this document

Word document

ETUDE SUR LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME - page 18 / 102

394 views

0 shares

3 downloads

0 comments

18 / 102

Etude sur la délimitation du DPM en relation avec l’élévation accélérée du niveau de la merMEAT

3.4 Caractéristiques Géomorphologiques des côtes tunisiennes

Dans ce chapitre, nous présentons une description de l'état actuel des côtes tunisiennes du point de vue topographique et morphologique. Cette description sera menée selon un ordre géographique, du Nord vers le Sud. Pour chaque segment côtier seront présentées :

Les caractéristiques du rivage et des terrains qui le bordent du côté interne ;

Les caractéristiques de l'avant-côte ;

La topographie des zones basses susceptibles d’être submergées par la mer.

Les îles seront ensuite décrites dans des paragraphes séparées.

3.4.1 La côte de l’extrême nord de Tabarka à  Sidi Ali El Mekki

Cette  partie du littoral est caractérisée par des falaises, des côtes rocheuses et des dunes dont la fréquence, l’allure et la place dans le paysage varient beaucoup d'un endroit à l'autre notamment sous l'effet du cadre morphostructurel auquel elles appartiennent et du type de dynamique auquel elles sont soumises.

Zone occidentale : Située à l'Ouest de Sidi Béchir, cette zone correspond en gros à la côte de la Khroumirie et des Mogods. Ces dernières sont deux des régions les plus accidentées du pays qui renferment les rivages les plus accidentés.

Les falaises les plus continues, les plus hautes et les plus massives caractérisent les caps et d'une façon générale les secteurs dont l'ossature géologique est dominée par les grès. Leur hauteur dépasse généralement les 15 mètres et atteint parfois plusieurs décamètres. Dans les rentrants de la côte, les falaises sont toujours bien représentées mais elles sont généralement moins hautes (5 à 20 m en moyenne) et souvent affectées par des phénomènes de glissements car dominées par les formations argileuses. Cependant, dans certains secteurs elles sont taillées dans des roches dures.

Sidi Béchir – Bizerte. Dans ce segment côtier, les jbels s'écartent un peu de la mer. Un bas plateau (15 à 30 m d'altitude) de largeur plurihectomètrique à kilométrique s'interpose entre le rivage et les premiers reliefs escarpés ; si bien que, le paysage côtier devient relativement ouvert. Sur le rivage, les falaises et les côtes rocheuses demeurent pourtant les formes les plus caractéristiques. Les plages sont logées dans les criques ou se trouvent à l'embouchure des oueds. De hauteurs variables (7 à 15 m), ces falaises sont localement taillées dans des formations triasiques, dans des calcaires paléocènes ou dans des alternances de grès et argiles du flysch numidien.

Bizerte - Rass Ettarf. Dans ce  tronçon, la côte se distingue des secteurs précédents par son caractère plus aéré et dans l'ensemble plus bas ainsi que par son tracé qui accorde une place plus grande aux baies même si les caps sont toujours importants dans le paysage d'ensemble. Les falaises et côtes rocheuses continuent à constituer les formes les plus fréquentes mais, d'une façon générale, elles perdent d'importance, par leur hauteur, et une partie non négligeable en est dominée par des matériaux tendres. Les falaises les plus hautes (parfois plus de 20 m) caractérisent d'abord les caps développés à la faveur de roches calcaires éocènes (Cap Blanc et Cap Z'bib) ou de roches gréseuses pliocènes (Cap Sidi Ali El Mekki ou Rass Ettarf). Ailleurs, ce sont surtout des falaises à commandement inférieur à 5 m mais

____________________________________________________________________________________________________ _

IHE - Ingénierie de l’Hydraulique et de l’Environnement Page : 18

Document info
Document views394
Page views429
Page last viewedSat Dec 10 00:25:53 UTC 2016
Pages102
Paragraphs3859
Words37933

Comments