X hits on this document

Word document

ETUDE SUR LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME - page 19 / 102

403 views

0 shares

3 downloads

0 comments

19 / 102

Etude sur la délimitation du DPM en relation avec l’élévation accélérée du niveau de la merMEAT

le plus souvent supérieur à 2 m, taillées selon les endroits dans des grès de plages ou de dunes dans des alluvions et parfois dans des argiles ou des marnes pliocènes. Les côtes basses marécageuses s'étendent surtout sur les terrains bas qui bordent le Lac Ichkeul et la berge orientale du Lac de Bizerte.

3.4.2 Le golfe de Tunis

Le Golfe couvre le tronçon de côte de Sidi Ali El Mekki à Kelibia.  Le paysage change beaucoup par rapport à l’extrême nord en cédant la place à une côte très basse à plages, dunes, sebkhas, chotts et lagunes. On retrouvera cependant le paysage accidenté sur la façade occidentale de la péninsule du Cap Bon qui appartient à la partie orientale du golfe de Tunis.

De son côté, le domaine marin se distingue de celui du secteur Tabarka-Sidi Ali El Mekki par une bathymétrie relativement faible et des fonds souvent sableux. La morphologie du rivage montre des différences sensibles d'un secteur à l'autre.

Sidi Ali el Mekki - Sidi Erraies. Mis à part le secteur compris entre Gammarth et Amilcar, où un relief de petites collines (Gammarth et sidi Bou Saïd) arrive jusqu'à la mer, le rivage est partout bordé par une topographie très basse et caractérisé par des plages sableuses et des terres humides. Les rares falaises et côtes rocheuses ont été façonnées aux dépend des collines de Gammarth et de Sidi Bou Saïd. Leur commandement est assez important puisque souvent compris entre 3 - 4 m et une dizaine de mètres et peut localement atteindre des valeurs pluridécamétriques. Leur ossature géologique est également variable. Du côté de Gammarth, elles sont taillées dans des alternances de grès, sables et argiles pliocènes ou dans des grès de plages ou dunaires et colluvions quaternaires. Dans la colline de Sidi Bou Saïd, elles évoluent surtout dans des alternances de grès et argiles tertiaires ce qui a favorisé d'ailleurs les phénomènes de glissement de terrain.

Les zones humides couvrent de grandes surfaces et correspondent à des milieux variés :

sebkhas et chotts dont le régime hydrologique et la qualité des sols sont souvent nettement influencés par la présence de la mer (Sabkhet Ariana) ;

lagunes :  la lagune de Ghar El Melh et le complexe lagunaire de Tunis.  

Sidi Erreis – Klibia. Dans ce tronçon de côte, la situation rappelle, par plusieurs de ses aspects, celle de la côte de l’extrême du nord. En effet, le rivage est en grande partie bordé par des reliefs accidentés à ossature dominée par des alternances de grès et argiles ou marnes. Ce qui a favorisé un tracé brisé du rivage avec alternance de caps et de baies et criques ainsi que l'extension des falaises et des côtes rocheuses. Les plages s'épanouissent surtout dans les criques et au droit des cours d'eau et sont relayées vers l'intérieur, par des champs dunaires importants. De plus, c'est une côte baignée par des eaux relativement profondes et à agitation importante. Les falaises les plus marquées dans le paysage caractérisent les caps (comme Rass El Fartass et le Cap Bon) et d'une façon générale les secteurs dans lesquels les reliefs montagneux sont collés au rivage comme c'est le cas de Jbel Korbous et de Jbel Rass Addar. Leur commandement dépasse souvent les dix et vingt mètres et peut localement devenir pluridécamétrique.

Lorsque les reliefs montagneux s'écartent du rivage, les falaises sont beaucoup moins importantes par leur commandement généralement compris entre 3 et 10 m. Elles se

____________________________________________________________________________________________________ _

IHE - Ingénierie de l’Hydraulique et de l’Environnement Page : 19

Document info
Document views403
Page views438
Page last viewedSat Dec 10 14:52:32 UTC 2016
Pages102
Paragraphs3859
Words37933

Comments