X hits on this document

Word document

ETUDE SUR LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME - page 21 / 102

365 views

0 shares

3 downloads

0 comments

21 / 102

Etude sur la délimitation du DPM en relation avec l’élévation accélérée du niveau de la merMEAT

3.4.4 Le golfe de Gabès et de ses abords méridionaux

S'étendant depuis la pointe de Rass Kaboudia (à Chebba) jusqu'à la frontière avec la Libye, cette côte est encadrée par des terres basses de la famille des plaines, des bas plateaux et petites collines. Elle est également devancée par une plate-forme continentale très développée aux eaux très peu profondes.

Le rivage est dominé par les formes basses d'où une certaine monotonie des paysages. Mais dans le détail il montre une variété morphologique indéniable. Ainsi se succèdent falaises, côtes rocheuses, plages, sebkhas et pseudo sebkhas bordières, vastes indentations lagunaires ainsi que de nombreux marais maritimes. Ces derniers distinguent cette côte de l'ensemble du littoral tunisien et sont favorisés par l'importance de la marée.

Les falaises sont taillées dans de différentes formations géologiques. Toutefois, les plus importantes tant par leur hauteur que par leur place dans le paysage sont façonnées dans des argiles gypseuses attribuées au Mio-pliocène. On les trouve dans quatre secteurs principaux : au sud de l'embouchure de Oued Akarit, à Skhira, à Nadhour, Jorf et Karboub (en face de Jerba). Hautes de 5 à 15 m en moyenne, ces falaises connaissent déjà une érosion assez importante favorisée par la nature tendre des argiles.

Les autres falaises ont généralement un commandement qui varie entre 3 et 5 m et sont taillées dans des roches relativement résistantes (surtout des grès éoliens ou marins du Quaternaire supérieur) ou hétérogènes (alternance de grès quaternaires et d'alluvions et colluvions). Elles connaissent une érosion moins importante mais peuvent subir de temps en temps des phénomènes d'éboulement suite à l'action différentielle qu'y exercent les agents de l'érosion. On les trouve dans deux secteurs principaux : à Gourine et dans la racine ouest de la presqu'île de Jorf.

Les côtes rocheuses basses sont façonnées dans des formations gréseuses de plages tyrrhéniennes ou d'éolianites holocènes. Elles intéressent le plus souvent des secteurs peu étendus (parfois quelques mètres seulement de longueurs) et très discontinus ; si bien qu'il n'est pas toujours facile de les cartographier. Le seul secteur où elles se suivent sur des longueurs appréciables est celui compris entre la presqu'île de Zarzis et la frontière avec la Libye, en particulier dans les "slobs" qui isolent Bhiret El Bibène de la mer.

Les marais maritimes se développent dans les parties les mieux abritées de la côte : criques, embouchures d'oueds, derrière les petits caps et les flèches littorales. Leurs schorres sont très souvent découpés par un réseau dense de chenaux de marée empruntés par les eaux marines à chaque flot. Cette avancée des eaux marines peut, surtout par temps de tempête et par marée haute de vives eaux atteindre les nombreuses sebkhas et les chotts qui bordent les marais du côté interne.

____________________________________________________________________________________________________ _

IHE - Ingénierie de l’Hydraulique et de l’Environnement Page : 21

Document info
Document views365
Page views400
Page last viewedWed Dec 07 17:24:11 UTC 2016
Pages102
Paragraphs3859
Words37933

Comments