X hits on this document

Word document

ETUDE SUR LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME - page 49 / 102

433 views

0 shares

3 downloads

0 comments

49 / 102

Etude sur la délimitation du DPM en relation avec l’élévation accélérée du niveau de la merMEAT

4.4 Vulnérabilité des côtes et des zones humides littorales

4.4.1 Degré d’incertitude de l’analyse de la vulnérabilité

L'appréciation des conséquences d'une variation marine sur la position du rivage et la morphologie littorale exige l'existence de documents cartographiques adaptés à la valeur de cette élévation. Or les cartes topographiques disponibles et couvrant l'ensemble du littoral ont toujours une équidistance des courbes de niveau supérieure à 5 m (10 m pour l'échelle 1:50000 ; 5 m pour l'échelle 1:25 000) ou donnent dans le meilleur des cas quelques courbes intercalaires de 2,5 m et de 5 m. Ceci constitue une première difficulté majeure, car il devient impossible de cerner les espaces compris entre le niveau marin actuel et l'altitude qui correspond au niveau supposé pour les trois scénarios (0,38 m ; 0,50 m et 0,55 m).

Certes on trouve ici et là quelques points côtés sur les cartes (de valeur inférieure à 2,5 m sur les cartes au 1: 25 000 et à 5 m sur les cartes au 1: 50 000) permettant d'échapper un peu aux difficultés, mais il est rare que ces points soient inférieurs à 1 m.

Nous nous sommes, par ailleurs, trouvés obligés de revenir à notre connaissance de la dynamique actuelle des milieux côtiers afin de dresser une cartographie en tenant compte des effets des phénomènes exceptionnels comme les surcotes qui peuvent accompagner les baisses barométriques et les vents.

Nous signalons que l’APAL vient de démarrer une mission d’une cartographie 1/5000 sur une bande côtière de 5Km. Ceci représente une nouvelle banque de données pouvant dans le futur évaluer d’une manière plus approfondie le degré d’impact de la monté du niveau de mer sur le continent. Au cours de l’élaboration de cette mission, il nous a été possible de consulter que quelques planches sur place. L’état des planches consultées n’est pas encore exploitable.

4.4.2 Rappel de quelques notions relatives à la réaction du littoral à l’EANM

Les côtes ne réagissent pas toutes et toujours de la même façon à une élévation du niveau de la mer. Selon la nature et la géomorphologie de la côte, l’impact de l’EANM peut se manifester ainsi :

Falaises : Les falaises qui sont, par définition, des formes d'érosion continueront à reculer mais à une vitesse plus importante que celle qui les caractérisait avant l'élévation du niveau marin.

Plages : Les plages ne seront pas obligatoirement condamnées à disparaître. Elles peuvent rouler sur elles-mêmes et donc migrer vers l'intérieur des terres tant qu'un obstacle ne s'oppose pas à une telle dynamique. Cet obstacle peut être naturel (un escarpement ou une falaise morte par exemple) ou anthropique (des constructions). Dans ce dernier cas, et dans l'impossibilité d'une migration, c'est l'érosion qui s'accélèrera et la plage pourra finir par disparaître.

Sebkha et marécages : Les terres marécageuses ou du type sebkhas pourront se transformer en milieux de plus en plus humides, voire même en lagunes  au fur et à mesure de la remontée du niveau marin actuel.

____________________________________________________________________________________________________ _

IHE - Ingénierie de l’Hydraulique et de l’Environnement Page : 49

Document info
Document views433
Page views468
Page last viewedTue Jan 17 09:19:43 UTC 2017
Pages102
Paragraphs3859
Words37933

Comments