X hits on this document

Word document

ETUDE SUR LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME - page 52 / 102

446 views

0 shares

3 downloads

0 comments

52 / 102

Etude sur la délimitation du DPM en relation avec l’élévation accélérée du niveau de la merMEAT

4.4.3 Actions sur la côte de l’extrême nord

La morphologie des côtes dans ce segment septentrional permet de dire que cette côte ne doit pas être particulièrement vulnérable à l’élévation du niveau marin.

Les falaises : Les falaises connaîtront certes une érosion plus intense mais ceci ne menacera pas des aménagements importants.

Les plages : Les plages sont en général épaisses et occupent l'embouchure d'oueds qui leur assurent une alimentation sédimentaire importante ce qui leur permettra logiquement de faire face à la montée de la mer. Les secteurs qui ressentiront le plus les effets de l'EANM appartiennent à la ville de Bizerte et à la ville de Raf Raf. Ces plages ne pourront pas résister avec le scénario 0,50 et 0,55 m. Leurs altitudes étant très faibles, le plus souvent inférieures à 1 m, leur emplacement se retrouvera sous le niveau obtenu en considérant les surcotes. L’EANM, quant à elle seule, n’affectera pas énormément ces plages. Mais la vitesse avec laquelle se fera une telle évolution variera évidemment en fonction des caractéristiques du bilan sédimentaire de la plage. A Bizerte par exemple, elle sera plus importante au Sud de la jetée nord du port de commerce où la plage est la plus faible.

Lac de Bizerte : Les bordures du lac sont parfois très basses et peuvent donc être sensibles à l'EANM. Les cartes disponibles ne permettent pas de marquer de façon précise la limite des terres qui risquent d'être envahis avec une élévation du niveau marin de 38, de 50 ou de 55 cm. Toutefois l’impact ne semble pas important sur les berges du lac de Bizerte;

Lac Ichkeul : Ce sont surtout les marais qui risquent d’être annexés au lac Ichkeul. En considérant l'altitude de 1 m, qui est proche des valeurs obtenues en tenant compte des surcotes on trouve que les terrains à risque peuvent être assez étendus. Au contact du lac Ichkeul ils s'étendent sur environ 1160 ha.

Figure 17 : Impact de l’EANM sur les berges de l’Ichkeul

Les environs de Garaet Ichkeul : en hachures les terrains situés à des altitudes comprises entre 0 et 1 m ; susceptibles d'être envahis en cas d'une EANM surtout en considérant les surcotes exceptionnelles

4.4.4 Actions sur les côtes du golfe de Tunis

Les secteurs les plus vulnérables à l' EANM appartiennent à la partie centrale et septentrionale de ce golfe qui s'étend entre Sidi Ali El Mekki et Sidi Errais.

Dans la partie centrale et septentrionale du golfe, l'EANM peut entraîner un déplacement sensible de la ligne de rivage accompagné de conséquences multiples tant sur le paysage d'ensemble que sur les aménagements de bord de mer. Les espaces et terrains à risque sont variés et étendus: les plages sableuses, le Delta de la Mejerda, les lagunes et les sebkhas.

____________________________________________________________________________________________________ _

IHE - Ingénierie de l’Hydraulique et de l’Environnement Page : 52

Document info
Document views446
Page views481
Page last viewedWed Jan 18 04:09:33 UTC 2017
Pages102
Paragraphs3859
Words37933

Comments