X hits on this document

Word document

ETUDE SUR LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME - page 61 / 102

337 views

0 shares

3 downloads

0 comments

61 / 102

Etude sur la délimitation du DPM en relation avec l’élévation accélérée du niveau de la merMEAT

4.5 Vulnérabilité liée à l’aménagement du territoire

4.5.1 Les grandes villes côtières

Sur l’ensemble de toutes les villes côtières, celles qui seront tout particulièrement touchées par l’EANM sont :

La ville de Tunis (Fond du golfe de Tunis);

Kelibia (pointe nord du Cap Bon);

Hammamet ville;

Sidi Abdelhmid (Banlieue sud de Sousse) ;

Skanes Monastir (Zone touristique aéroport);

Kerkena (Zone touristique Sidi Frej);

Jerba (toutes les zones touristiques).

Les problèmes constatés dans ces villes sont liés à l’érosion marine qui sera évidemment accentuée par une éventuelle élévation accélérée du niveau de la mer.

La ville de Tunis: Ce sont essentiellement les banlieues nord et sud de la ville qui sont les plus concernées par l’EANM.

Banlieues nord : Ce sont les côtes des banlieues La Goulette, Khereddine, La Marsa qui sont situées à des côtes basses et très exposées à l’érosion marine. Après les grandes tempêtes de janvier 1981 et les destructions qu’elles ont provoquées sur les constructions du bord de mer, tout ce secteur de côte a été équipé d’enrochements sous la forme d’épis lourds, de digues longitudinales et de brise-lames. Dans tout ce secteur, il n’y a plus de plages aujourd’hui. Il en existe une à la Goulette dans les 500 m qui précèdent la grande digue nord du port de pêche. L’éventuelle EANM accentuera l’effet de l’érosion et éventuellement la menace des constructions proches de la mer qui son installées le long des avenues Rousvelt et Habib Bourguiba (LaGoulette, Khereddine et le Kram) et la Corniche à la Marsa;

Banlieues sud : A Ez-Zahra et à Hammam-Lif, lors des tempêtes de janvier 1981, la plage à disparu et les constructions de bord de mer ont subi de gros dégâts. Depuis, les ouvrages lourds de défense (enrochements longitudinaux, épis, brise-lames) ont été mis en place. Il n’y a plus de plage naturelle à Ez-Zahra et à Hammam-Lif ; des déversements de sable en arrière des brise-lames en tiennent lieu. Les destructions ont été aussi importantes à Soliman-plage, l’érosion et le recul de la plage y sont manifestes. Pendant la tempête de 87-88, la mer a avancé d’environ 30m. L’éventuelle EANM risque d’accélérer l’effet de l’érosion et par suite la menace de toute la zone urbaine côtière située entre la mer, la voie ferrée Tunis-Sousse et le grand parcours GP1. Une grande partie des zones aménagées sont sérieusement menacées de disparition.

Ville de Kelibia : La ville de Kelibia se trouve à la pointe nord est du Cap Bon et à l’extrême nord du golfe d’Hammamet. Depuis la construction du nouveau port au début des années 1980, la ville a connu une extension rapide de l’urbanisation du coté sud du port. Des constructions et des habitations se sont implantées sur le cordon qui sépare la mer de la

____________________________________________________________________________________________________ _

IHE - Ingénierie de l’Hydraulique et de l’Environnement Page : 61

Document info
Document views337
Page views372
Page last viewedSun Dec 04 09:01:03 UTC 2016
Pages102
Paragraphs3859
Words37933

Comments