X hits on this document

Word document

ETUDE SUR LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME - page 71 / 102

372 views

0 shares

3 downloads

0 comments

71 / 102

Etude sur la délimitation du DPM en relation avec l’élévation accélérée du niveau de la merMEAT

En général, les réseaux d’assainissement en Tunisie sont de type séparatif. Dans les grandes villes côtières, les eaux usées domestiques sont généralement collectées par des réseaux fermés qui n’ont aucune liaison avec la mer ou le milieu récepteur. Ces eaux sont évacuées vers des stations d’épuration par voie gravitaire ou par pompage.

Pour ces cas, le risque d’intrusion d’eau marine dans les réseaux est relativement faible si ces installations sont bien entretenues.

Le problème se pose surtout pour les zones basses dont les réseaux sont directement évacués dans la mer  à l’état brut sans traitement. Dans ce cas, il y a le risque de retour des eaux de mer dans ces réseaux. Si l’on exclue quelques zones basses du grand Tunis Sud et de Sfax, on peut dire que ce genre de réseaux ne pose pas de problèmes pour la Tunisie car l’ONAS tend  brancher tous les réseaux des villes côtières vers des pôles d’épuration.

Les collecteurs des eaux pluviales

L’évacuation des eaux pluviales ressort en partie de la responsabilité de l’ONAS et en partie de la responsabilité de la Direction de l’Hydraulique Urbaine – DHU (Ministère de l’Equipement). Deux cas peuvent être cités. Ce sont :

La ville de Tunis ;

La ville de Sfax.

La ville de Tunis

L’évacuation des eaux pluviales de Tunis est divisée en deux pôles: On distingue, d’une part, la partie nord dont les eaux sont évacuées dans le port de Tunis par le biais du canal périphérique ouest du lac nord et, d’autre part, la partie sud dont les eaux sont évacuées actuellement dans le lac sud.

Eaux pluviales de Tunis nord: Elles sont évacuées par le canal du lac nord qui draine plus de 60% du bassin versant du grand Tunis vers le port. Ce canal a un niveau inférieur à celui de la mer et par suite, les eaux pluviales sont pompées dans le port par trois vis d’Archimède installés à l’aval de ce canal. En période sèche ce canal draine un débit constant de l’ordre de 1,5 m3/s d’eau du lac Nord prélevé à l’amont (prise Nord au niveau de la Cherguia). Pour des crues exceptionnelles, ce canal peut déverser dans le lac nord, par le biais de trois déversoirs d’orage, un débit de l’ordre de 130m3/s à travers des seuils calés à une côte approximative de l’ordre de 0,70m NGT.

En cas d’une remontée du niveau de la mer, ce canal ne peut plus assumer sa fonction. Le canal sera inondé par les eaux du lac via les trois déversoirs à seuil très bas. Tout le système d’évacuation des eaux pluviales du grand Tunis sera ainsi paralysé. Ceci peut causer des inondations et des stagnations dans les zones basses de Tunis.

Si l’on tient compte des caractéristiques hydrographiques de la mer à Tunis et de la côte de crête des déversoirs (+0,70 mNGT), le canal d’évacuation subira les conséquences suivantes :

Inondation temporaire (2 fois par an) pour le scénario volontariste V ;

Inondation quasi-continue (2 fois par mois) pour le scénario volontariste de référence R ;

Inondation continue pour le scénario volontariste du maximum de risque MR.

____________________________________________________________________________________________________ _

IHE - Ingénierie de l’Hydraulique et de l’Environnement Page : 71

Document info
Document views372
Page views407
Page last viewedThu Dec 08 10:01:24 UTC 2016
Pages102
Paragraphs3859
Words37933

Comments