X hits on this document

Word document

ETUDE SUR LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME - page 77 / 102

407 views

0 shares

3 downloads

0 comments

77 / 102

Etude sur la délimitation du DPM en relation avec l’élévation accélérée du niveau de la merMEAT

L’organisme le mieux placé pour mettre en place cet observatoire est la Direction Générale des Services Aériens et Maritimes du Ministère de l’Equipement qui sont en cours de réalisation  d’un laboratoire  d’hydraulique Maritime.

5.2.2 Prise en compte de la variation séculaire du niveau marin

La prise en compte de la variation séculaire du niveau de la mer devrait être intégrée dans tout projet ayant une relation directe avec la mer. Pour chaque site de projet, il faut :

Connaître le niveau actuel de la mer ;

Estimer les élévations futures ;

Evaluer les impacts de l’EANM sur le projet.

Avant de procéder à toute évaluation d’une éventuelle élévation du niveau de la mer, il faut identifier toutes les données pouvant renseigner sur le niveau actuel de la mer. Les paramètres hydrographiques les plus couramment recherchés sont :

Les niveaux moyens actuels de la mer ;

Les caractéristiques de la marée astronomique (période, amplitude, VE, ME, etc. ..) ;

Les caractéristiques de la houle ;

Les caractéristiques des seiches côtières.

Les caractéristiques des grandes dépressions barométriques pouvant générer de grandes surcôtes.

A partir de ces données,  il sera possible d'évaluer les caractéristiques hydrographiques du site de projet telles que :

Les surélévations dues à la marée astronomique ;

Les surélévations dues au déferlement de la houle ;

Les surélévations dues aux seiches côtières ;

Les surélévations dues aux grandes dépressions barométriques (surcôtes)

La deuxième étape consiste à calculer, pour le site du projet, les paramètres suivants :

Les niveaux moyens de la mer (journaliers, mensuels et annuels) ;

Les niveaux maximaux  (journaliers, de vives eaux, annuels, etc..) ;

Les niveaux exceptionnels en tenant compte des grandes dépressions barométriques à l’échelle décennale, cinquantennale et centennale.

La dernière étape consiste à évaluer le niveau maximal des plus hautes eaux en tenant compte d’une surélévation due aux changements climatiques. En s’appuyant sur le scénario IPCC le plus défavorable, on tient compte :

D’une augmentation du niveau moyen de mer de 30cm pour les ouvrages de durée de vie inférieure à 50ans (Port abris de pêche, etc..);

D’une augmentation du niveau moyen de mer de 55cm pour les ouvrages ayant une durée de plus que 50ans (Port de Commerce, Marina, Ports de plaisance, Centrale thermique, Etc..).

Ainsi, on peut pour tout ouvrage ou aménagement projeté sur le littoral tenir compte de cette nouvelle notion d’élévation séculaire du niveau de la mer.

____________________________________________________________________________________________________ _

IHE - Ingénierie de l’Hydraulique et de l’Environnement Page : 77

Document info
Document views407
Page views442
Page last viewedSat Dec 10 21:26:47 UTC 2016
Pages102
Paragraphs3859
Words37933

Comments