X hits on this document

Word document

ETUDE SUR LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME - page 8 / 102

383 views

0 shares

3 downloads

0 comments

8 / 102

Etude sur la délimitation du DPM en relation avec l’élévation accélérée du niveau de la merMEAT

2.3 Indices observés témoignant une élévation du niveau de la mer sur le littoral tunisien

Les causes de l’augmentation du niveau de la mer à l’échelle historique sont multiples :

l'activité anthropique sur le littoral (urbanisation, déforestation, activité balnéaires, etc.);

l'enfoncement relatif de la croûte terrestre (mouvements géologiques, subsidences, etc.);

une tendance naturelle à long terme (transport solides, réaction naturelle mer-littoral, etc. );

l'augmentation globale du volume de l'océan (pour cause d'augmentation de la T° atmosphérique entraînant une fonte partielle des glaciers).

Les côtes de Tunisie renferment également les indices d'une élévation du niveau marin au cours du vingtième siècle. Ces indices sont variés mais les mesures précises restent relativement rares. Toutefois, les traitements dont nous disposons sont déjà significatifs et viennent confirmer l'idée selon laquelle le niveau de la mer est en train de monter. Leurs résultats sont également intéressants pour la connaissance du comportement du sol des terrains côtiers. L'exemple de Sfax est, de ce point de vue, particulièrement significatif.

De fait, l'analyse des enregistrements marégraphiques fournis par le port de Sfax, depuis le début du vingtième siècle, indique que la remontée marine est bien en cours. Mais ici, elle s'est faite à une vitesse 3 à 4 fois plus rapide que la moyenne mondiale évaluée à 1,5 à 2mm/an. Cette situation doit s'expliquer surtout par l'affaissement actif du terrain de la côte sfaxienne et confirme, en fait, l'importance du rôle qui revient à la subsidence dans l'évolution historique de l'ensemble de la partie nord du golfe de Gabès. N'a-t-on pas noté, plus haut, que la tranche d'eau qui couvre les vestiges archéologiques dans cette région, comme à Botria, Sfax et notamment à Kerkena est bien plus épaisse que partout ailleurs sur les côtes tunisiennes

Figure 2: Variations du niveau moyen relatif de la mer à Sfax (moyennes annuelles) entre 1910 et 1935.

(d’après Vignal 1939 , in Oueslati et al. 1987). En ordonnées, cotes en mètre rapportées au zéro du nivellement de la Tunisie.

____________________________________________________________________________________________________ _

IHE - Ingénierie de l’Hydraulique et de l’Environnement Page : 8

Document info
Document views383
Page views418
Page last viewedFri Dec 09 06:42:30 UTC 2016
Pages102
Paragraphs3859
Words37933

Comments