X hits on this document

78 views

0 shares

0 downloads

0 comments

19 / 36

Famille

Cette nouvelle discipline alimentaire du «manger local» a été créée à San Francisco il y a deux ans par quatre femmes qui ont encouragé tout leur entourage à acheter et à consommer des produits alimentaires cultivés et produits à moins de 150 kilomètres de leur fourchette. Autant dire que cela relève d’un véritable casse-tête à certains endroits du globe ! Mais aux Etats-Unis, comme au Canada, ce mouvement connaît un vérita- ble succès populaire croissant, qui s’étend peu à peu vers l’Europe.

Ainsi, le local supplanterait parfois le bio, pour des raisons gustatives, mais aussi environnementales car il coûterait beaucoup moins cher. Par exemple, les producteurs de bio n’ont pas les frais des engrais chimi- ques et des pesticides puisqu’ils ne les utilisent pas pour leurs ré- coltes, mais les carburants utilisés pour transporter les produits sur de très grandes distances sont très polluants, avec un coût en CO2 très élevé !

Face aux priorités des consomma- teurs, la santé, la sécurité, et l’envi- ronnement : le choix devient corné- lien ! Faut-il acheter une pomme bio qui vient de l’autre bout du monde ou une pomme non bio mais pro- duite localement ? Idéalisme pur ou égotisme absolu ? Quelques consom- mateurs pensent, en tout cas, que le produit local, de saison, est d’une fraîcheur indéniable, qu’il est plus sain et plus savoureux qu’un pro- duit exporté, même un produit bio.

Comme à chaque bouleversement social, il y a d’un côté le mouve- ment conservateur qui veut lutter contre le changement, et de l’autre les avant-gardistes, convaincus que l’évolution des comportements est possible. Les débats se succèdent dans la presse mais de nombreux facteurs montrent qu’être «locavore» n’est pas une mode légère mais bien une tendance de fond.

Etes-vous locavore ?

Si vous pensez que les produits locaux sont meilleurs que les autres ; si vous consommez ces produits car ils ont gardé toutes leurs vitamines ; si vous fréquentez régulièrement les marchés plutôt que d’acheter des produits industriels...Eh bien oui, vous entrez dans la catégorie des locavores !

«Manger local», et plus précisément «consommer local» implique un grand changement de mode de vie. Ce système s’engage dans une ma- nière totalement différente de pen- ser, qui est aussi basée sur le fait de garder un lien direct entre agricul- teurs et consommateurs.

Alors que doit-on en penser ? En Suisse, nous avons la chance d’avoir à notre disposition une variété de produits locaux aux saveurs inégalées. Que vous souhaitiez faire partie de la nouvelle espèce des «locavores» ou que vous préfériez manger des aliments bio, tenez compte des saisons et sachez varier les plaisirs ! Essayez pourquoi pas les paniers de fruits et légumes des coopératives privés…Le tout, sans vous priver !

19

Document info
Document views78
Page views78
Page last viewedSat Dec 03 10:33:11 UTC 2016
Pages36
Paragraphs804
Words16136

Comments