X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 100 / 134

282 views

0 shares

0 downloads

0 comments

100 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).100

shore", c'est-à-dire des "paradis" que l'on peut dire bancaires, fiscaux, "droguistes", mafieux, etc. car ils cumulent très souvent toutes ces qualités. À lire son dernier rapport annuel 88, on sent monter ses craintes d'accidents systémiques graves, quand il loue la Norvège qui vient de soumettre à une autorité unique le contrôle des banques, des assureurs et des autres intermédiaires financiers; quand il invite à renforcer les contacts établis au sein de son Forum sur la stabilité financière 89; quant il appelle au calibrage des outils prudentiels en insistant sur "l'approche macrofinancière de la stabilité"; et ainsi de suite. Comment dire plus clairement, dans le style ampoulé et craintif des banquiers centraux, que c'est la stabilité du système mondial des banques et des bourses (toutes excroissances financières incluses) qui est menacée?

Les contrôles et les supervisions qui assagissent et assainissent l'appareil bancaire et boursier sont indispensables pour le service de l'autre économie, celle des investissements réels, des richesses produites, des revenus distribués, celle dont il faut favoriser la croissance, tout en l'abritant, autant que faire se peut, des aléas cycliques et a fortiori des crises économiques majeures. Or la banque et la bourse sont des branches d'activité d'une complexité épouvantable et croissante, si bien que leur sécurisation est d'utilité publique nationale et internationale, comme peut l'être celle des centrales nucléaires. Mais elles sont aussi exposées plus que toute autre activité à des gourmandises qui ne peuvent être réduites par la seule autodiscipline de leurs agents de tous rangs. Ainsi la prudence technique et la vigilance morale se conjuguent pour faire des contrôles et supervisions bancaires et boursières une nécessité politique de premier ordre. C'est pourquoi les notations précédentes ont été formulées sur un mode normatif, non que j'aie l'illusion de croire que l'impératif soit producteur d'effets, mais simplement parce que je veux souligner la responsabilité politique majeure de tous ceux que les activités bancaires et boursières concernent, à commencer par les dirigeants politiques de tous pays et de tous ordres.

Pérennité ou décadence de la primauté financière américaine

À l'échelle mondiale, l'ensemble formé par les banques, les bourses et tous les autres établissements financiers est hétéroclite. La banque de type occidental a presque entièrement conquis l'Amérique et l'Europe, encore que ses retards soient manifestes en Amérique latine et en Europe de l'est - et plus encore dans les Balkans. En Asie, on pourrait croire que le Japon vit à l'unisson financier de l'Occident, mais les retards boursiers perceptibles dans les années 1970 et les pesanteurs bancaires révélées par l'engorgement des bilans qui se prolonge depuis 1990, attestent que, pour une part, la "modernisation" était superficielle. Elle l'est moins à Singapour, Taiwan, Hong Kong, tandis que la Corée (sud) et la Malaisie approchent de ce stade. Mais il n'en va pas encore de même dans le reste du sud-est asiatique, auquel l'Inde ressemble d'assez près. Quant à la Chine continentale,

88 Le 75è notamment, pp. 140 sq.

89 Forum dont les comités travaillent sous l'égide des dix principales banques centrales

Document info
Document views282
Page views282
Page last viewedTue Dec 06 11:54:50 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments