X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 109 / 134

277 views

0 shares

0 downloads

0 comments

109 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).109

que le chaos est contagieux.

Point n'est besoin d'évoquer, ici, la Corée du Nord, ce troisième maillon de "l'axe du mal" qui se rapproche d'une Corée du sud, elle-même en bonne voie de démocratisation et d'allègement de sa dépendance vis-à-vis des États-Unis, pour conclure que l'Empire qui entendrait soumettre des nations déjà formées s'exposerait à de "nouveaux Vietnam" difficilement réductibles et à l'éclatement des alliances établies ou des coalitions virtuelles que Washington pourrait espérer utiliser. Il lui faudrait engager sur terre d'énormes armées pour des combats où leurs performances seraient médiocres devant des nationaux patriotes. Par delà d'éventuelles victoires chèrement acquises, il leur faudrait également passer de la pure force militaire au doigté politico-policier pour rétablir un ordre public stable, et dispenser une aide économique abondante pour couronner ce nation building à l'américaine. Toutes choses que le Pentagone ne sait pas faire et que le Congrès américain ne soutiendrait pas durablement. Autrement dit l'allusion souvent faite aux succès remportés par les États-Unis après la Seconde Guerre Mondiale, dans la reconstruction politique, économique et morale d'ennemis vaincus comme le Japon, l'Allemagne et l'Italie et d'alliés affaiblis comme la Grande-Bretagne ou la France, n'a aucune valeur prédictive. Alors, il s'agissait de donner à des nations et à des États déjà bien formés l'occasion de se rétablir, tout en se lavant des scories de la guerre. Maintenant - et pas seulement au Proche et Moyen-Orient ou en Afrique - il s'agit de donner à des nations en formation (ou à des peuples encore fixés à un stade prénationalitaire) et à des États de niveau correspondant, l'occasion de mûrir peu à peu, ce qu'aucun évangile démocratique ou libre-échangiste ne peut réaliser.

Après 1945, les États-Unis, principal vainqueur de la Seconde Guerre Mondiale ont aidé ou obligé les ennemis et les alliés de la veille à retrouver les chemins d'une civilisation qui était déjà la leur, mais dont leurs dérives impérialistes les avaient gravement écartés. Après 1990, les États-Unis, unique "vainqueur de la guerre froide" se sont engagés à l'aveugle dans des aventures aberrantes qui multiplient les zones chaotiques dans le monde actuel. Le service à leur rendre est de les aider à retrouver le chemin de leur propre civilisation dont ils s'écartent de plus en plus en méprisant l'ONU, en prônant la guerre préventive et en faisant de Guantanamo la capitale de leur "État de droit", tous errements auxquels les a conduit l'erreur stratégique majeure que fut leur réponse aux attentats de septembre 2001. 100

Néanmoins, les États-Unis ne sont pas seuls responsables du chaos qu'ils construisent volens nolens. Pour en juger utilement, il faut examiner la portée mondiale de la stratégie qu'ils poursuivent, sans s'arrêter aux seules inflexions qui lui ont été données après 2001 et sans perdre de vue les contre-stratégies qu'elle

100 J'ai détaillé cette thèse dans un essai de 2001: Civiliser les États-Unis qui est disponible sur le présent site.

http://www.uqac.ca//Classiques_des_sciences_sociales/contemporains/fossaert_robert/civiliser_les_États_Unis/civiliser_USA.html.

Document info
Document views277
Page views277
Page last viewedMon Dec 05 17:24:05 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments