X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 111 / 134

360 views

0 shares

0 downloads

0 comments

111 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).111

dernières puissances régionales (la Corée du nord et Taïwan) 101 si bien qu'au total, les États-Unis encadrent effectivement toute l'immense Chine, mais de pointillés souvent récents et toujours fragiles. La montée en puissance de la Chine modifiera assurément la donne, si bien que les principales régions circa-chinoises seront, pour longtemps, les théâtres où se jouera une grande part de l'histoire, au 21e siècle.

Hors l'Asie, la stratégie américaine, toujours guidée par des intérêts puissants, se contente néanmoins, pour l'essentiel, de gérer des situations acquises. En Europe, il s'agît d'entretenir l'OTAN, d'y loger tous les pays, de les entraîner vers un mercenariat international, de les équiper à l'américaine en vue d'une pleine "interopérabilité" des armements. En Amérique latine où les rebellions se renouvellent souvent 102, l'important est de poursuivre la "guerre contre la drogue", prétexte à interventions diverses, mais il sera bientôt temps de redoubler la surveillance du Brésil.

Seules deux grandes régions mondiales débordent de ce gardiennage. Toutes deux sont complexes, mais de façon contrastée. L'une est le Proche et Moyen-Orient, réservoir de pétrole où les États-Unis ont perdu le contrôle de l'Iran qui fut un temps leur shérif. Ils s'appuient certes sur Israël, pays malcommode, doté d'objectifs propres et qui n'est pas de force à policer la région, même si son intervention y est crainte. D'où les efforts, déjà évoqués, qui tentent depuis cinq ans de "démocratiser" toute la région et qui, pour le moment, réussissent seulement à renforcer l'anti-américanisme de maints peuples et à étendre les zones de chaos. L'autre région qui appelle de nouveaux efforts est l'Afrique où - hormis le Maghreb et l'extrême sud - les États-Unis ont jusqu'ici laissé opérer Anglais et Français, les anciens maîtres rivaux d'empires coloniaux où l'ordre politique tarde à se moderniser et à s'affermir. Ils semblent se résigner désormais à une ingérence plus directe dans ce "continent du chaos", néanmoins riche de pétrole et d'autres ressources naturelles.

Pour coordonner quelque peu leurs interventions mondiales, forcément mêlées à celles du Japon, de la France et de maints autres alliés ou opposants parfois mal commodes, les États-Unis jouent évidemment de tout un orchestre d'instruments, bruyants comme le FMI, l'OMC ou la Banque Mondiale. ou discrets comme les pipolos de l'AIE, du MIC, d'ÉCHELON et de bien d'autres sous-fifres. 103 Toutefois, cette puissance prééminente ne partage guère ses informations et n'est pas encline aux décisions concertées avec ses alliés, si bien que la stratégie américaine est faiblement éclairée par ce que proclament ces institutions ni même

101 On retrouvera plus loin la Russie qui n'est pas mûe par ses seuls intérêts régionaux.

102 Ces temps-ci, en Bolivie, en Equateur et surtout au Vénézuela dirigé par Chavez.

103 OMC: Organisation Mondiale du Commerce, FMI: Fonds Monétaire International, AIE: Agence Internationale de l'Energie, MIC: Multinational Interoperability Council (club confidentiel des "alliés" les plus importants,:Allemagne, Australie, Canada, États-Unis, France et Royaume Uni) Echelon: l'un des noms de code du système mondial d'espionnage électronique établi par les États-Unis avec des concours divers.

Document info
Document views360
Page views360
Page last viewedSun Dec 11 06:47:36 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments