X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 114 / 134

258 views

0 shares

0 downloads

0 comments

114 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).114

Au reste l'OTAN "européen" n'est nullement le vecteur d'une stratégie européenne, mais bien un instrument américain qui inhibe la formation d'une stratégie commune à toute l'Europe Unie. Les tentatives d'élaboration d'une telle stratégie ont jusqu'ici échoué pour des raisons qui ont d'ailleurs varié des années 1950 à aujourd'hui. 106 Tant qu'elles échoueront, seules quelques puissances européennes auront un rôle stratégique, de portée d'ailleurs modeste, sur la scène mondiale: la Grande-Bretagne, vassale des États-Unis même quand elle croit les infléchir comme lors de la guerre d'Irak; la France qui partage avec la précédente, mais de façon incoordonnée, une préoccupation africaine de tradition coloniale; l'Allemagne dont la liberté d'action a été élargie par la fin de la guerre froide et la réunification qui l'a suivie, mais qui n'a pas encore pu faire nettoyer son territoire, nucléarisé comme un futur champ de bataille. Sans être négligeables, les autres États européens sont stratégiquement peu tournés vers le reste du monde et certains en tirent même toute une doctrine pacifiste qui se voudrait pacifiante. La situation de l'Europe changera si ses principales puissances réussissent à se coordonner, à fixer leur politique commune avec la Russie et si, à partir de là, elles savent réviser leur position envers les États-Unis non seulement pour construire une industrie aéronautique et spatiale à peu près européenne ou pour faire fonctionner un GPS (dit Galileo) qui leur permettra de voir clair sur toutes les scènes mondiales sans le secours des États-Unis, et enfin pour établir avec ces derniers une coopération égalitaire, ce dont l'Union Européenne a la possibilité économique, sinon la volonté politique.

Un mot, enfin, pour le reste du monde, hors l'Eurasie. Il y existe d'ores et déjà quelques puissances ayant un réel rayonnement régional, telles l'Afrique du sud ou le Brésil; d'autres, comme le Mexique ou l'Argentine pourraient retrouver un rôle qu'elles n'ont pas su affermir, tandis que d'autre encore, comme l'Algérie, le Maroc pourraient s'affirmer bien avant que le Nigéria, le Vénézuela, etc. aient réussi à faire de même. Au reste, cette brassée d'exemples n'a aucune valeur limitative, car les "petits tigres" asiatiques ont montré à quelle vitesse les pays qui réussissent "à se prendre en mains" peuvent griller les étapes de la croissance économique et, plus difficilement, celles de l'affirmation politico-culturelle. Mais toutes ces espérances ne doivent pas masquer cet autre trait dont l'Amérique latine et surtout l'Afrique sont les principaux porteurs: nombreuses sont les zones, parfois dépourvues d'État (comme la Somalie ou la Sierra Leone), parfois déchirées d'irrédentismes (comme le Sri- Lanka, la Bolivie ou l'Équateur) et parfois atteintes d'autres maux encore (famines à répétition, épidémies mal résorbées, ressources naturelles mal gardiennées, comme l'Afrique en est, hélas, fort riche), toutes zones où des guerres latentes ou récurrentes peuvent devenir les foyers d'incendies à forte propagation. (comme ce fut le cas en ex-Yougoslavie ou dans le bassin du Congo). En effet, les zones où les stratégies rivales des puissances principales sont les plus vives ne seront pas les principales sources des

106 Voir l'étude intitulée L'Europe ou les Europes sur le présent site.

http://www.uqac.ca//Classiques_des_sciences_sociales/contemporains/fossaert_robert/Europe_ou_Europes/Europe_ou_Europes.html.

Document info
Document views258
Page views258
Page last viewedSat Dec 03 21:57:31 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments