X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 12 / 134

332 views

0 shares

0 downloads

0 comments

12 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).12

ainsi que la stimulation des économies d'énergie suffiront pour sortir des crises temporaires sans qu'il faille craindre, à terme, une réelle pénurie. Autrement dit, une politique énergétique est nécessaire pour éviter les hausses de prix saccadées que ces crises peuvent provoquer et pour diligenter les précautions anti-pollution qui peuvent épargner d'autres crises. Mais l'humanité n'aura pas à souffrir d'un déficit irréductible de ses ressources énergétiques.

Un pronostic plus prudent doit être formulé en matière de santé. Les prévisions pessimistes sur les ravages qu'occasionnera le sida ont jusqu'ici été ramenées à de courtes évaluations, si bien que cette épidémie n'est pas devenue un phénomène significatif à l'échelle démographique, même dans celles des régions africaines où sa propagation est fort mal maîtrisée. Mais les épidémies ravageuses et répétitives qui furent propagées jadis par la mise en contact de populations longtemps séparées - telles les pestes du 14e siècle européen et méditerranéen ou la variole des 15è et 16è siècles américains - ne peuvent être oubliées, alors que le 21e siècle parachèvera la mise au contact d'à peu près toutes les populations dans un monde unique, désormais "plein". La médecine d'aujourd'hui est armée contre les épidémies hier ravageuses, mais le sera-t-elle toujours contre les nouvelles maladies, virales ou non?

La gestion internationale de l'eau, de l'énergie et des épidémies deviendra donc une précaution de grande utilité Elle prendra place aux côtés d'autres politiques déjà actives, mais dont les enjeux s'élargiront et les formes se diversifieront tant que la croissance démographique se poursuivra et que ses équilibrages régionaux ne se seront pas stabilisés. Tel sera notamment le cas des poussées migratoires dont les potentiels ne s'accroissent pas seulement par l'effet du nombre des hommes et des dénivellations des niveaux de vie, mais aussi par la diffusion de plus en plus intense des visions de l'ailleurs qu'offrent les multiples medias, par la commodité des transports à longue distance et par la multiplication des communautés accueillantes, voire aspirantes, déjà installées dans un nombre croissant de territoires étrangers. En effet, à côté des sédiments d'exodes, de traites, ou de conquêtes que les sociétés d'avant la révolution industrielle avaient jadis déposés en groupes variés, les reflux des colonisations ont ajouté du leur pendant toute la seconde moitié du 20e siècle. En provenance des ex-colonies des communautés souvent nombreuses se sont installées dans les ex-métropoles où elles se sont juxtaposées - plus que mêlées - aux communautés formées par les main-d’œuvre immigrées pour répondre aux appels de l'industrie et des travaux publics. Ainsi se sont dispersées les pierres des gués multiples qui permettent de franchir les frontières dressées contre les immigrations d'aujourd'hui. Sous un autre angle ce même écheveau de migrants diversement disposés en de lointains exils apparaît comme un réseau de nouvelles diasporas, moins anciennes que la juive et ses cousines levantines, mais aussi tenaces que la chinoise et ses émules de toutes autres provenances. Là où les échanges marchands de port en port entretenaient des liaisons que le connubium consolidait éventuellement et que des traditions culturelles animaient - qu'elles soient consacrées ou non par une Bible et

Document info
Document views332
Page views332
Page last viewedFri Dec 09 18:50:32 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments