X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 127 / 134

248 views

0 shares

0 downloads

0 comments

127 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).127

En Europe même, les décennies paisibles d'après 1945 ont de bonnes chances d'être prolongées, si les populations qui ont pris goût à cette paix durable savent entraîner leurs États - quasiment affranchis de la tutelle américano-russe des temps de guerre froide - vers une ingérence prolongée autant que nécessaire dans l'espace balkanique où les cicatrisations seront lentes; vers la recherche persévérante d'une entente avec une Russie qui ne désarmera pas de sitôt, si bien que des arrangements mêlant un peu de dissuasion nucléaire à beaucoup de coopération et de mesures réciproques de sécurité et de confiance deviendront de plus en plus utiles à mesure que le Supergrand de naguère reprendra vigueur; et vers l'adoption de politiques circonspectes envers les perturbations qui agiteront l'Asie en son entier, tandis que les États-Unis seront vraisemblablement tentés de s'en mêler de fort près, dès que s'atténuera le souvenir de leurs mésaventures afghanes et irakiennes des premières années du siècle. Mais il est probable que la troisième de ces conditions sera la plus difficile à remplir, surtout si l'Europe ne progresse pas vers une coopération politico-diplomatique-militaire élargissant ses marges de jeu et d'autonomie dans le système mondial multipolaire qui a de fortes chances d'émerger des turbulences asiatiques et péri-asiatiques.

Une pacification égale, mais non identique, pourrait être le lot de l'Amérique latine si les inévitables résistances aux pressions nord-américaines ne débouchent pas sur un affrontement frontal massif, ni sur un redoublement des ingérences étatsuniennes, mais tendent plutôt à effacer celles-ci. Autrement dit, les Amériques où aucune dissuasion nucléaire réciproque ne pourrait mûrir de sitôt, sauf par ricochet de tourmentes plus ou moins asiatiques n'ont des chances de développement heureux qu'en tendant vers une meilleure orientation de leurs politiques étatiques, plutôt que vers un renforcement de leurs forces militaires, ce qui requerra, au sud comme au nord de probables crises idéologiques.

Quant à l'immense Asie, désormais travaillée par une série de crises de croissance, il est hautement probable qu'elle contiendra plusieurs zones où les risques de guerre seront parfois aigus, mais sans doute pas simultanément. Dès à présent, le Proche et Moyen-Orient et ses connexions afghane et pakistanaise assemblent plusieurs foyers actifs ou latents et la région pourrait s'enflammer presque en son entier à mesure que l'après-pétrole se rapprochera. Les foyers irakien et afghan ne s'éteindront pas de sitôt, même si les États-Unis et la Grande- Bretagne réussissent à se faire relayer par de véritables États-pompiers, car les populations de ces deux pays durement envahis et occupés doivent retrouver leur assiette et s'accorder avec les nouveaux États qui s'y construisent, ce qui n'ira pas sans tumultes et délais. D'autant que des complications directes sont à craindre, peut-être autour de l'Afghanistan qui jouxte une Asie Centrale déstabilisée et assurément autour de l'Irak dont l'insertion régionale pourrait devenir problématique. Au nord, parce que la Turquie pourrait être tentée de renouveler ses ingérences armées au Kurdistan irakien - peut-être rejointe en cela par l'Iran,

Document info
Document views248
Page views248
Page last viewedFri Dec 02 22:24:45 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments